Accueil > Critiques > 2018

Kùzylarsen - Le Long De Ta Douceur

mercredi 14 novembre 2018, par marc


Oui, l’angoisse de la page blanche existe aussi pour le critique. Elle survient majoritairement pour des albums qui plaisent sans qu’une explication claire ne vienne corroborer l’agréable sensation. Alors, on écoute, encore et encore, et puis on se lance, malgré tout.

On peut parler de faits, aussi, glaner çà et là quelques éléments biographiques. Mathieu Kùzylarsen a donc parcouru le monde, trimballant son sac à dos en Tunisie, Jordanie, Liban ou Turquie. Les voyages forment la jeunesse et augmentent le bagage musical. Le résultat le plus patent est l’utilisation d’un oud électrique, instrument peu courant dans une chanson française certes amatrice de métissages mais souvent frileuse musicalement. Mais le ton n’est que très occasionnellement oriental, Personne Ne Chante Ici étant le seul faisant usage d’un violon méditerranéen.

L’idée de base c’est une chose, un album en est une autre, et si on a dit la difficulté de commenter le résultat, on peut indéniablement dire qu’on a aimé ça. Pour qu’une idée prenne forme, il fallait d‘abord des textes forts. Et ils sont là, avec ce qu’il faut d’aplomb pour les asséner. Trop narquois et on n’y croit pas, trop sentencieux et on se braque. Il trouve donc un ton approprié. Et si on ne comprend pas tous les détails, la fougue nous emporte avec elle. On le suit donc sans conditions sur L’Amour et la Guerre (traduit d’un texte d’Abu Nawas). Je Me Suis Vidée parle du point de vue d’une bouteille. Il m’a fallu pas mal d’écoutes pour m’en rendre compte mais une fois compris, la chanson prend une tout autre dimension et c’est carrément poignant.

L’aplomb est nécessaire aussi pour assumer la simplicité de la forme, laquelle réclame rigueur et intensité pour ne pas qu’on ait l’impression d’entendre des maquettes. Il ne lui faut pas grand’chose pour habiller un morceau et il peut même se lancer dans un a-capella (Belles de Nuit). Slam  ? Pas vraiment mais cette relative simplicité pourra rebuter les amateurs de variété française, lesquels ne doivent pas lire ce genre d’articles trop souvent j’imagine. La plage titulaire propose un duo guitare-basse qui se charge seul des passages instrumentaux. On pense aux premiers Gainsbourg pour la confiance en ses moyens et on se dit que la complémentarité vocale et instrumentale avec sa comparse Alice Vande Voorde marche en plein.

Cette critique en creux qui définit surtout ce que cet album n’est pas doit au moins vous convaincre d’une chose, c’est que si la chanson française de haut vol et un faussement simple dans la forme vous attire ou vous intrigue, ou si vous voulez ajouter un nom à la liste pas si longue des essentiels francophones, Le Long De Ta Douceur est une des découvertes de l’année.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)