Accueil du site > Musique > 2018 > Say Lou Lou - Immortelle

Say Lou Lou - Immortelle

lundi 26 novembre 2018, par Marc


On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.

Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les spots pour Gucci ou H&M dont elles assurent aussi la musique. Donc, ce n’est pas le contexte idoine pour produire de la musique qui sent l’huile de moteur. Say Lou Lou de Cacharel si vous voulez.

Elles s’éloignent donc de la pop synthétique fortement marqué par les années ’80 de leur premier album. Pour un résultat qui doit autant à la pop synthétique actuelle qu’à quelques épisodes saignants du trip-hop d’autrefois. Ana semble ressusciter une version pop de Portishead, avec une guitare grasse à souhait. Et c’est ce qu’on entendra de plus fort ici. C’est aussi le ton des violons graves de Limbo mais la mélancolie dégagée n’a évidemment rien à voir avec celle de la formation de Bristol. C’est ce côté qui plaira logiquement le plus. All Love To Me lorgne plutôt du côté de Goldfrapp et ça leur convient plutôt bien.

Le son est très gonflé sur la plupart des morceaux dont Golden Child, qui pourra rebuter les lecteurs habituels par un taux de glucides un peu élevé. Phantoms est un peu de l’autre côté de ma ligne rouge mais c’est peut-être le seul. Le seuil est subtil et personnel de toute façon.

Comme une revigorante visite en pâtisserie hors du régime habituel, il vaut mieux en choisir une bonne si vous n’en fréquentez pas souvent. Si Say Lou Lou a tout d’un produit de synthèse un peu trop lisse pour être honnête, si c’est bien plus surproduit que ce dont on traite habituellement, cette petite et courte incartade a indéniablement son charme et son plaisir.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0