Accueil > Musique > 2018 > Raoul Vignal - Oak Leaf

Raoul Vignal - Oak Leaf

mercredi 21 novembre 2018, par Marc


Par habitude, on se méfie des dossiers de presse tant ils semblent parler d’un album rêvé plutôt qu’enregistré. Mais les mots ici sont ‘Accompagné de ses musiciens de tournée et autres invités de choix, le musicien délivre sur ce nouveau long format une musique plus orchestrée, plus mature, tout en préservant un degré d’intimité propre à son univers musical’. Voilà, c’est exactement ça, vous pouvez passer à l’écoute directement, je reste avec ceux qui veulent un peu de détail.

D’emblée le premier morceau (Blue Raven) plus dense, se rapprochant encore plus d’un Will Stratton. Il s’éloigne même de ses arpèges en avant sur I Have Sinned. Ils sont toujours là, mais appuyés par une rythmique plus plaisante, par un rythme plus lancinant et langoureux. Et on entend ce qu’on a tant aimé chez Gravenhurst, à savoir une syncope bien particulière, la sensation qu’on n’échappera pas au morceau, avec en sus quelques touches de piano. Ces arpèges peuvent aussi se transformer en riffs lancinants, ce qui fait claquer l’intense The Waves pt.1. A l’opposé, il maîtrise aussi l’apesanteur de The Valve.

The Dream prend ses aises sur les passages instrumentaux. Les couches se superposent, avec une rythmique discrète mais aux aguets. Pas besoin de sa douce voix pour nous toucher donc… On notera quelques ajouts de clarinette et des variations de climats, parfois au sein du même morceau. I Might ou No Faith montrent ainsi plusieurs visages, témoins de la richesse d’un des albums de cette année.

Pour illustrer l’évolution, on peut s’attarder sur Mirror, morceau qui n’est pourtant pas un des hauts faits de cet album (mais qui est fort bon, témoignant de la qualité de l’ensemble) et dont une première mouture figurait sur un EP sorti il y a quatre ans et aide à mesurer le chemin parcouru dans les arrangements. La version originale était dépouillée appelant d’inévitables comparaisons avec Nick Drake qui tiennent moins bien la route maintenant dans ses atours plus ronds et denses. Surtout qu’il ne privilégie pas les cordes pour enrichir ses morceaux.

On ne sait pas si on peut parler d’une école du folk français, sans doute pas d’ailleurs, mais avec des artistes comme The Wooden Wolf ou Raoul Vignal (qui sortent un album le même jour…), on a des compagnons pour la vie. Oser tuer le père, sortir de sa zone de confort d’un style reconnaissable et qui marche sur un premier album diamant brut. C’est l’envol réussi par Raoul Vignal. Sans doute moins générateur de frissons en première écoute, ce second album sorti chez Talitres confirme tout le bien qu’on pensait de Raoul Vignal. C’est dense et délicat, léger et profond à la fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)