Accueil > Musique > 2018 > Soap & Skin - From Gas to Solid / you are my friend

Soap & Skin - From Gas to Solid / you are my friend

lundi 3 décembre 2018, par Marc


C’est peu de dire qu’on attendait cet album de Soap&Skin. La déflagration du premier album d’Anja Plaschg et des concerts qui ont suivi est tellement vive dans nos mémoires qu’elle a su garder une place dans nos oreilles en dépit d’une très petite série de sorties. La dernière fois qu’on avait pu l’entendre, c’était pour transcender le Goodbye d’Apparat qui sert de générique à la série allemande Dark.

Comment faire dès lors quand on veut marquer son retour ? On ne ressent forcément plus les mêmes choses de la même façon à 19 ou à 28 ans. Il faut le reconnaître, on notera moins de morceaux percutants. Son style ne s’est pas affadi loin de là mais on attend souvent le frisson (de joie et de peur tout à la fois) qui arrivait presque toujours sur son premier album.

La satisfaction vient d’ailleurs, d’une densité subtilement dosée. On la retrouve sur Italy (cette chanson et Safe With Me font d’ailleurs partie de la musique du film Sicilian Ghost Story). Surrounded est aussi bâti autour d’une solide palissade de son, ce qui permet à sa voix toujours aussi évocatrice de s’époumoner et ainsi susciter l’émotion. Cette émotion peut aussi venir d’un Heal qui était déjà connu et largement apprécié.

Quand elle se frotte à une balade plus classique sur Creep, elle n’oublie pas de la relever de cordes au cordeau, lesquelles apportent la pulsation de Safe With Me. On n’est pas dans le joli à la Agnès Obel, on nage en eaux plus sombres et froides où la murène rode. D’ailleurs, l’aspect visuel de cet album est très réussi, en développant une vision de la nature à la fois très organique et presque abstraite.

This Day semble plus apaisé mais on sent sa patte on retrouve donc sa voix pleine d’écho, les violons secs, son emploi de l’électronique toujours aussi personnel. Alors que la tendance actuelle est au travail du son en mode brouillardeux, elle garde des lignes de piano franches et ne s’est donc fort heureusement pas trop assagie de ce côté-là.

On s’est sentis moins concernés par les morceaux instrumentaux ou presque comme Falling et son orgue, surtout que depuis tout ce temps, on a découvert une certaine Anna von Hausswolf. (This Is) Water est un instrumental bien moins énervé que ce qu’on a connu chez elle, qui s’insère très bien dans le reste de l’album.

On la connaissait déjà pour des reprises très proches de son univers (Janitor of Lunacy de Nico) ou qu’elle amène contre leur gré dans le sien (perturbant Voyage Voyage), elle enfonce le clou avec la scie What A Wonderful World et s’en sort sans surprise avec les honneurs mais sans fasciner non plus. Tout au plus note-on que contrairement à ce qu’on aurait pu en penser il y a dix ans, il n’y a aucun sarcasme là-dedans.

Evoluer quand on a frappé aussi fort aussi tôt n’est pas une chose aisée, surtout que nous aussi on a fait notre petit bonhomme de chemin et rencontré en route des personnalités comme Alina Orlova ou Anna Von Hausswolff. Mais en densifiant le son, en travaillant les cordes, en gardant sa voix Anja Plaschg reste dans la course. On ne pouvait décemment pas espérer plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)