Accueil du site > Musique > 2018 > Saint Sadrill - Pierrefilant

Saint Sadrill - Pierrefilant

jeudi 6 décembre 2018, par Marc


Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.

On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa maîtrise et de sa liberté psychédélique et d’une belle guitare qui rehausse le tempo. On peut penser à quelques choses un peu folles comme The Irrepressibles dont le côté cabaret queer serait mis sous l’éteignoir.

Il y a des chœurs, certes, mais supportés par une section bien solide. Bon, ils peuvent aussi prendre e la place comme sur le démesuré (19 minutes) Happy Humans. La longueur en fait évidemment un terrain de jeu de choix, avec une basse très krautrock en invitée principale et des délires sonores qui ressemblent à ceux des Pink Floyd de la fin des années ’60 (le second disque d’Ummagumma pour fixer les idées).

D’une manière générale, on apprécie les belles digressions qui envoient les morceaux dans des directions autres, comme la pause ensoleillée bienvenue de Yar Mum qui pourtant ne détonne pas. We Gave You A Smile joue quant à lui la rupture franche, comme si le côté rude de Liars s’invitait par surprise dans un morceau folk.

To Go To go To Go est une belle chose élégante et élégiaque à la fois qui arrive à encapsuler sur un morceau de durée plus habituelle ce qui fait le sel de ses longues plages. Il y a de la tension, une mélodie qui nous ramène aux moments plus élégiaques de The Black Heart Procession.

La voix assure, certes, mais touche occasionnellement ses limites comme sur l’acide Buidling Lampshades ou les envolées de Kiss Songs mais c’est un détail. Beau sans doute, fort très certainement, cet étrange objet musical au fond, hors format mélange des choses qu’on apprécie de toute façon comme des balades solides et acides et des envolées bien senties.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0