Accueil > Musique > 2019 > Beirut - Gallipoli

Beirut - Gallipoli

jeudi 28 février 2019, par Marc


‘Comment ne pas devenir un gimmick ?’ est la question ardue à laquelle Zach Condon a su répondre après un début de carrière (littéralement) en fanfare. Le style était tellement affirmé qu’il a fallu trouver des astuces, lesquelles ont aussi mené à des impasses comme l’incorporation ratée d’électronique. Les sorties étant maintenant espacées de quatre ans (contre un entre les deux premiers), voyons où en est le groupe américain.

D’emblée, on dirait que le panache est volontairement mis sous l’éteignoir. Donc la flamboyante mélancolie des fanfares a fait place à une mélancolie qui suite un peu la gueule de bois. Tout est question d’impression bien entendu mais là où la volonté est sans doute d’évoquer le spleen et la langueur (on peut le supposer), on ressent aussi l’ennui qui est distillé et prend occasionnellement le pas sur le reste. Mais Beirut reste Beirut et leur personnalité permet de retenir l’auditeur écoute après écoute. Lequel reviendra surtout pour ces cuivres plus présents (Gallipoli) et ces chorus en apesanteur (Varieties of Exile).

Quand on compare Beirut à d’autres formations américaines d’un genre connexe telles que Shearwater, Okkervil River, Calexicoou autres Midlake, on peut constater un certain déficit en technique pure. Il avait fallu tout le talent d’Owen Pallett pour que leur meilleur album (The Flying Club Cup) donne tout son potentiel. Never Lived Here pourrait d’ailleurs être une version light du maitre canadien. C’est potentiellement une des raisons qui personnellement nous laissent à la lisière de cet album et est assez manifeste comme toujours sur les instrumentaux (et en concert). Les sons plus stridents sur On Mainau Island ne sont pas le meilleur moment de ce Gallipoli plutôt minimaliste.

Ce cinquième album est peut-être une invitation au voyage mais pas en mode touriste et couleurs flashy, le tempo étant volontairement avachi (I Giardini, Gauze Für Zah). On sent que le déficit de souffle n’est pas fortuit, que cet album est censé représenter une forme de lassitude. C’est un apriori forcément risqué parce que le résultat peut simplement se révéler fade. Ce n’est pas vraiment le cas ici mais on sait que ce Gallipoli, même s’il semble conçu spécifiquement comme un coup de mou, ne fera pas date dans la discographie du groupe. Reste que le potentiel de sympathie de la bande de Zach Condon est suffisant pour qu’on continue à la suivre dans une carrière qui s’étoffe et varie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)