Accueil > Musique > 2019 > Fastlane Candies - Polygene

Fastlane Candies - Polygene

lundi 4 mars 2019, par Marc


Après les avoir vus en première partie de Clap Your Hands Say Yeah, une chose semblait évidente, Fastlane Candies en avait encore sous la pédale. Surtout que pour avoir vu la formation américaine qui tenait la tête d’affiche à leurs débuts, on sait que la marge de progression d’un groupe existe toujours.

Repérés sur un prometteur EP, on avait suivi les Liégeois avec un bon premier album. Le hiatus de 5 ans qui a suivi a permis à ses membres de se ressourcer avec d’autres projets musicaux (Mini-Sultan…) ou littéraires. Notons aussi qu’ils sont passés de Jaune Orange à Freaksville records (ils ont remonté un peu la Meuse donc).

D’emblée, ils mettent leurs beats sur la table et arborent leurs synthés comme leurs concitoyens et anciens coreligionnaires de Piano Club. Lester est-il un clin d’œil à Esther ? Sans doute que non mais l’idée est amusante. Mais le résultat est sensiblement différent de Fantasy Walk de la bande d’Anthony Sinatra qui lorgnait sans vergogne sur le disco alors que les Fastlane Candies misent plutôt sur un son compact pour étancher leur curiosité post-punk. Après toute une génération de groupes belges de toutes les régions obnubilés par dEUS (de Ghinzu à Daan), il est rafraîchissant de constater que d’autres voies sont explorées.

Ils ne reculent même pas devant l’emploi du français, ce qui est aussi une manière de montrer son assurance. Enfin, c’est surtout une somme des expressions francophones utilisées par les locuteurs d’autres langues qui est convoquée sur C’est La Vie. Cette façon de faire de la pop en français sans se laisser enfermer dans le carcan passéiste de la chanson française est assez réussie.

Finalement les deux genres de pop à guitare et pop à synthés ne se jugent que sur les hauts faits et tenir la distance d’un album n’est pas donné à tout le monde. Comment évoluer quand on pratique ce genre ? La solution ici est de faire autrement, de céder à d’autres envies. On a alors le sombre et dense Make Or Break qui porte fièrement son influence presque post-punk. C’est peut-être le meilleur morceau de l’album, parce qu’il arrive à encapsuler mine de rien tout ce qu’on aime dans le genre, l’aspect lancinant, une étreinte subtile mais tenace qu’on retrouve aussi dans la lenteur d’En Boucle.

Il y a aussi cet étrange Bye Bye Sayonara qui avait été envoyé comme single annonciateur. Étrange en tant que single donc mais qui dans le contexte de l’album semble une tentative réussie de synthèse de ses deux inclinations (une bombastique et une plus sombre) et en fait logiquement un de ses fort bons moments de l’album. Le chant féminin est plus effacé mais ils ont pensé à amener des résurgences qui doivent donner leur effet maximal en concert (on ira vérifier si l’occasion se présente).

Cette force de frappe indéniable nous rappelle les des sons de certains Cure (New Order ?) plus ou moins récents. La progression se fait donc par la densité, montrant que maturité et ennui ne sont pas irrémédiablement liés et rappeler les grands moments du passé aide aussi. Ce qu’avaient déjà fait Clap Your Hands Say Yeah au fond…

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)