Accueil > Musique > 2019 > Freedom Candlemaker - Beaming Light

Freedom Candlemaker - Beaming Light

mercredi 6 mars 2019, par Marc


Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.

On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra passer inaperçu en première écoute avant de s’accrocher définitivement à l’oreille.

S’il maîtrise la douceur cotonneuse sur Journey, ce n’est pas ce qu’on préférera ici. Ce qu’on aime surtout c’est quand ça monte parce que sans ça, cette musique serait illustrative. Quand elle se donne un peu d’air elle donne son meilleur et on a droit à une montée planante avec force violons synthétiques (Silent Song). Et si un morceau n’est pas trop limpide à la base (Playground), il peut s’en dégager par un chorus enlevé, qui doit beaucoup (comme tant d’autres) au Floyd des années ’70. Même quand on ressent une ressemblance un peu étrange avec Wire, il peut s’enflammer sur un mode psychédélique (False Hopes). Il va même jusqu’à s’adonner à un blues bien senti (Unfulfilled), le son reste enveloppant et offre un beau contrepoint à son engagement vocal.

Beaming Light est un bon album parce qu’il permet de découvrir une personnalité, un artiste qui a une vision, une cohérence et de la variété à la fois. Ça ressemble à un conseil, ça, non ?

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)

  • chickn - Wowsers

    Se laisser guider par les rencontres fortuites du net, voilà une bonne idée. Depuis quelques années, un des fournisseurs de découvertes est donc grec, Inner Ear Records. Ce qui nous a apporté des formations comme Gravitysays_i, Mechanimal, Tango With Lions, Golden Rain, Sundayman ou Baby Guru. Le temps avait manqué pour parler de l’album précédent de chickn, avec sa chouette pochette avec une vache dessus.
    Ce premier album était rock garage et un peu psychédélique. Celui-ci est plus léger, toujours (...)