Accueil > Musique > 2019 > Better Oblivion Community Center - Better Oblivion Community (...)

Better Oblivion Community Center - Better Oblivion Community Center

lundi 11 mars 2019, par Marc


Comment ne pas tourner en rond et donner le meilleur d’un talent qu’on sait bien grand ? Conor Oberst a trouvé plusieurs possibilités. Revisiter ses propres albums et leur donner une autre coloration et se ressourcer au contact d’autres artistes, voilà déjà deux solutions. Après avoir retravaillé son formidable Ruminations en Salutations, il s’est une nouvelle fois allié à d’autres artistes. On rappelle au passage qu’outre les albums sous son nom propre ou avec Le Mystic Valley Band il a fait partie des projets Monsters of Folk (avec entre autres M Ward et Jim James de My Morning Jacket), Commander Venus et surtout Bright Eyes.

Celui-ci le voit collaborer avec la chanteuse Phoebe Bridgers. Intrigués par cette voix et cet album, il a fallu un peu creuser le sillon boygenius (le groupe qu’elle forme avec Lucy Dacus et Julien Baker) jusque-là inconnu de mon bataillon. Encore une fois c’est KEXP qui a permis un rattrapage en bonne et due forme lors d’une de leurs fameuses sessions toujours parfaites. Ce n’est pas une surprise mais c’est tout simplement magnifique, sincère et simple, relevé sans être pompier. Faites vois plaisir, allez voir ça et enchaînez avec une autre avec Phoebe et son groupe. Voilà, on en sait un peu plus, on retourne vers l’album avec la confirmation que c’est une conjonction de talents à l’œuvre, qu’Oberst n’a pas choisi une choriste. L’écriture aussi est partagée même si on ne sait pas trop qui a fait quoi. Mais c’est secondaire.

Ce qui ne l’est pas par contre c’est que la conjonction des deux voix fait mouche dès l’entame. Pour le reste, l’amateur ne sera pas décontenancé, et pourra même compter sur plus de densité sonore sur Exception To The Rule, ce qui peut rappeler le fameux Digital Ash for a Digital Urn de Bright Eyes, une belle envie sur l’intense de Dylan Thomas, une vraie force électrique (et attaque sur Trump) sur Big Black Heart qui est là pour pousser le texte, voilà ce qu’ils déploient pour emporter la mise.

Si rien ici n’est vraiment pastoral ou orienté vers le feu de camp, ils n’ont pas besoin de grand-chose pour convaincre. Une guitare acoustique sur Service Road et c’est déjà très beau, une mélodie renversante suffisant à Chesepeake. Dominos est une reprise de Taylor Hollingsworth qui est aussi membre de Conor Obest and The Mystic Valley Band. C’est tiré d’un album sorti en décembre 2018, on ne peut pas dire qu’ils ont attendu pour le coup. Bon, le gros solo de guitare n’est pas d’un gout exquis mais on ne boudera pas leur plaisir visible.

S’il apparaît comme un rien passe-partout de prime abord, cet album ne tarde pas à distiller ses charmes et rappeler à quel point Conor Obest est un des grands talents de l’époque et sait s’entourer. En plus d’être déjà gratifiant en lui-même, Better Oblivion Community Center nous permet de découvrir (si ce n’est fait bien évidemment) l’univers de Phoebe Bridgers et de ses extrêmement talentueuses collègues. C’est déjà beaucoup, non ?

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)