Accueil > Critiques > 2019

E.B. The Younger - To Each His Own

jeudi 14 mars 2019, par marc


Que font les membres de Midlake pendant les longs intervalles entre les albums ? De la musique visiblement. Après le très sympathique projet BNQT qui les voyait en backing-band de collaborateurs de talent comme Ben Bridwell, Alex Kapranos ou Jason Lytle, voici le premier projet solo du leader Eric Pulido qui a emmené dans l’aventure ses comparses Joey McClellan, McKenzie Smith et Jesse Chandler.

On est dans des eaux bien plus lisses que les puits d’émotion pure que sont les morceaux de Midlake, c’est une certitude, le côté soft-rock étant donc mis en avant, très américain, comme en témoignait le clip autour du base-ball, sport extrêmement confidentiel en nos contrées. Les guitares ont ainsi du temps libre (Used To Be) ce qui met en valeur les deux caractéristiques de douceur et de compétence.

Les mélodies sont bien là mais on comprend aussi pourquoi Midlake nous est si cher. Down and Out aurait de quoi faire une base sérieuse pour une perle d’intensité avec des arrangements différents. Par contre, on ne voit pas Don’t Forget Me y figurer, les chœurs seventies étant vraiment trop légers pour nos goûts. Il faut dire qu’un certain Father John Misty est passé par là et a injecté une bonne dose de sarcasme et d’ironie dans le genre.

Les petites variations qui montrent qu’il y a du niveau aux commandes (Out of The Woods), avec notamment une section rythmique discrète mais souveraine.

Pour nos oreilles européennes, il est probable qu To Each His Own ne va pas faire un tabac. Bien agréable bien évidemment, cool assurément, la musique d’E.B. Younger apparaîtra sans doute bien lisse à beaucoup. Même si l’ADN et la plupart des protagonistes sont communs avec Midlake, il serait vain d’attendre les sommets d’émotion de ces derniers. En toute justice, ce n’est pas l’intention non plus. Sachez-le au moment d’aborder cette douceur d’une compétence indiscutable.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)