Accueil > Musique > 2019 > Apparat - LP5

Apparat - LP5

jeudi 11 avril 2019, par Marc


On n’a pas fait la liste, rassurez-vous, mais s’il y en avait une qui regroupait tous les artistes importants de l’époque, on ne pourrait pas éviter Sasha Ring. On l’avait découvert il y a une quinzaine d’années, notamment lors d’un set au Beurschouwburg dont on se souvient encore et puis avec le toujours formidable Orchestra of Bubbles avec Ellen Allien. On a continué à le suivre avec le succès étonnant et mérité pour Moderat.

Ce projet maintenant en hiatus indéfini, il revient donc seul pour son premier album depuis 2011 (si on excepte une musique pour du théâtre en 2013) et ce qu’on entend d’emblée est clairement plus proche de ce qu’on a entendu chez Moderat, étant entendu que cette expérience plus que probante a dû lui donner confiance en tant que chanteur. On n’entendra donc pas de chanteuse ici donc, comme sur le très beau Goodbye avec Anja Pschalg a servi de générique à la série Dark comme vous le savez sans doute. Vocalement, c’est très en place, jamais mièvre même si on conçoit que c’est un beau complément plutôt qu’un produit d’appel.

Evidemment, il n’y a plus ses deux comparses Gernot Bronsert et Sebastian Szary de Modeselektor pour pousser les morceaux à sortir de leur coquille et ce ton rentré en fait un album plus intériorisé. C’est donc faussement discret quand Laminar Flow se densifie, avec un grain de son qui témoigne d’un savoir-faire toujours au top. Et quand il y a une montée subtile sur Dawan, il la coupe presque aussitôt. Ce n’est pas un album d’exaltation, sachez-le. La fin de Gravitas aurait pu lancer un basculement de l’album. Sauf que c’est le dernier morceau.

Cette veine peu flashy, parfois à la lisière de l’ambient et du drone (Eq_Break) permet de beaux moments en apesanteur (Heroist). Si dans le genre on est devenus plus clients de l’équilibre atteint par The/Das ou même Moderat, Apparat montre qu’il gère parfaitement ses envies et ses inclinations, qu’il est un artiste complet et n’a besoin de personne pour être un des acteurs les plus éminents de la scène electro.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)