Accueil > Critiques > 2005

Laurent Garnier : The Cloud Making Machine

mercredi 16 août 2006, par Marc


A force de clamer que cet album constitue enfin la musique qu’il aime et qu’il a toujours voulu faire, on en vient à se demander s’il ne s’est pas un peu forcé pendant toutes ces années à nous faire danser.

Blague à part, il faut bien avouer que ’The cloud making machine’ marque une rupture dans la discographie du Français. On se trouve face à de l’ambient, du calme, du très calme même (l’apaisée plage titulaire).
Dans des ambiances rappelant les jours tranquilles de Future Sound of London par exemple (sur 9.01-9.06 c’est flagrant). On dirait même parfois les instants sombres du Scatology de Coil, en moins oppressant bien évidemment (Huis clos, Act1 Minotaure Ex.), voire cet album obscur dans tous les sens du terme de Death in June (Ostenbraun).

Même les rythmes ’blues’ (Barbiturik blues) passent au concasseur. Il faut attendre la fin de l’album (Controlling the house) pour que des basses fassent (discrètement) leur apparition et qu’un authentique morceau ’electroclash’ pointe le bout de son nez ((I wanna be) waiting for my plane).

Est-ce une crise que traversent Miss Kittin et Laurent Garnier pour chacun s’offrir des escapades dans les sentiers plus obscurs de l’électronique ? Certainement pas. Mais c’est en incorporant ce matériel à leur fonds de commerce habituel que ça risque de se révéler passionnant. On attend la suite donc. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)