Accueil > Musique > 2019 > Into Orbit - Kinesis

Into Orbit - Kinesis

vendredi 10 mai 2019, par Marc


Non, la Nouvelle-Zélande ne fournit pas le gros du contingent des groupes dont on parle ici. Il semble d’ailleurs que la musique instrumentale nous offre une bien belle palette d’origines. Notamment parce que la provenance géographique y est moins perceptible. D’ailleurs, d’emblée, les points communs sont trouvés avec une formation de Sheffield (65 Days of Static) ou de Chicago (Russian Circles). En effet, c’est dans ce genre vitaminé avec riffs puissants et rythmique carrée qu’on peut placer Into Orbit.

Mais comme les exemples, le duo formé d’un guitariste (Paul Stewart) et d’un batteur (Ian Moir qui met un autre talent au service de la pochette de l’album) ne se contente pas d’une énergie débridée qui serait crevante à la longue. On leur trouve d’emblée une personnalité, avec un album très bien séquencé.

On entend évidemment de grosses guitares en avant dès Shifter et une Lourdeur très convaincante sur Between Stars mais de façon fort judicieuse, la pression retombe avec un petit arpège et un riff bien senti. La maîtrise est là, pas de doute. On retrouve même des moments carrément calmes (Emergence), les rapprochant d’un post-rock plus ‘classique’.

Crystallise commence tout en arpèges. On se doute que le ton va durcir et c’est évidemment le cas mais ces déboulements ne sont pas systématiques. Sur ce morceau, un riff lancinant est appuyé par un roulement bien efficace. D’une manière générale, le jeu de guitare est varié, couvrant une belle palette de possibilités, parfois au sein d’un même morceau. Horus peut ainsi se montrer plus brouillardeux ou plus poisseux, avec une texture bien dense. Ils jouent plus là-dessus que sur la la joliesse mélodique, c’est certain.

La technique sans faille est de toute façon un prérequis pour pratiquer ce genre. Les couches se superposant, j’imagine qu’il y a de la pédale de loop dans les parages. Comme ils sont en tournée pour le moment, vous pourrez vérifier. Dans tous les cas, les amateurs de musique puissante et dense seront à la fête ici.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)