Accueil > Musique > 2019 > Into Orbit - Kinesis

Into Orbit - Kinesis

vendredi 10 mai 2019, par Marc


Non, la Nouvelle-Zélande ne fournit pas le gros du contingent des groupes dont on parle ici. Il semble d’ailleurs que la musique instrumentale nous offre une bien belle palette d’origines. Notamment parce que la provenance géographique y est moins perceptible. D’ailleurs, d’emblée, les points communs sont trouvés avec une formation de Sheffield (65 Days of Static) ou de Chicago (Russian Circles). En effet, c’est dans ce genre vitaminé avec riffs puissants et rythmique carrée qu’on peut placer Into Orbit.

Mais comme les exemples, le duo formé d’un guitariste (Paul Stewart) et d’un batteur (Ian Moir qui met un autre talent au service de la pochette de l’album) ne se contente pas d’une énergie débridée qui serait crevante à la longue. On leur trouve d’emblée une personnalité, avec un album très bien séquencé.

On entend évidemment de grosses guitares en avant dès Shifter et une Lourdeur très convaincante sur Between Stars mais de façon fort judicieuse, la pression retombe avec un petit arpège et un riff bien senti. La maîtrise est là, pas de doute. On retrouve même des moments carrément calmes (Emergence), les rapprochant d’un post-rock plus ‘classique’.

Crystallise commence tout en arpèges. On se doute que le ton va durcir et c’est évidemment le cas mais ces déboulements ne sont pas systématiques. Sur ce morceau, un riff lancinant est appuyé par un roulement bien efficace. D’une manière générale, le jeu de guitare est varié, couvrant une belle palette de possibilités, parfois au sein d’un même morceau. Horus peut ainsi se montrer plus brouillardeux ou plus poisseux, avec une texture bien dense. Ils jouent plus là-dessus que sur la la joliesse mélodique, c’est certain.

La technique sans faille est de toute façon un prérequis pour pratiquer ce genre. Les couches se superposant, j’imagine qu’il y a de la pédale de loop dans les parages. Comme ils sont en tournée pour le moment, vous pourrez vérifier. Dans tous les cas, les amateurs de musique puissante et dense seront à la fête ici.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez [Filiamotsa-When the vowels fall by L&S

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)