Accueil > Critiques > 2019

Anthony Laguerre - Myotis

vendredi 17 mai 2019, par marc


Mine de rien, la catégorie ‘album de batteurs’ en est une à part entière, avec notamment des albums de chansons tels que ceux de Philip Selway (Radiohead) ou Tyler Ramsey (Band of Horses), qui peuvent aussi avoir un vrai succès d’auteur (Father John Misty était batteur de Fleet Foxes). On ne va pas parler de Phil Collins ou Manu Katché non plus parce qu’on s’éloignerait encore du cas qui nous occupe aujourd’hui.

Si le nom d’Anthony Laguerre ne vous évoque rien de prime abord, une fréquentation assidue de ce site (on peut rêver) vous l’a déjà présenté au sein de Club Cactus, Piles ou Filiamotsa. Soit mine de rien trois réussites musclées et inventives qui misaient sur une rythmique sans faille, souvent apportée par plusieurs batteurs.

Malgré un amour indéniable de la collaboration, c’est en solo qu’il revient vers nous. Ce n’est pas le genre d’artiste à tenter d’épater la galerie. On n’entend d’ailleurs très peu de batterie sur le premier morceau mais une petite pulsation, le rythme ne prévaut pas, au contraire du son. Pour être honnête, il y a de l’harmonica aussi, pas traité comme en folk ou par Toots Thielemans comme vous vous en doutez.

Quand on s’embarque dans un album pareil, on sait qu’on est partis pour quelque chose d’expérimental mais à chaque fois on est restés facilement accrochés. Difficile d’expliquer pourquoi on a toujours suivi le parcours. On a choisi son moment aussi. C’est une musique d’évocations donc, à l’opposé d’une démarche math-rock ou même kraut. On y retrouvera de la cymbale battue en neige (II), un peu de force aussi sur V et il attend son heure pour frapper les caisses claires, VI. La très longue dernière plage qui pourra évoquer les séquences atmosphériques de Gospeed You ! Black Emperor. Il y a donc de la tension là-dedans, c’est indéniable.

Un connaissait donc ceux qui mettent le violon au cœur de leur musique, voici un batteur passionnant qui livre un album finalement moins aride que ce que peuvent produire Sarah Neufeld, Fiona Brice ou Jessica Moss. Anthony Laguerre prouve qu’au-delà du batteur inspiré il est un musicien complet et Myotis n’est pas un album qui teste la patience de l’auditeur mais l’emporte avec lui dans un voyage sonore.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)