Accueil > Critiques > 2019

KOMPROMAT - Traum Und Existenz

vendredi 24 mai 2019, par marc


Vitalic nous avait ouvert une porte, il y a une quinzaine d’années. Dans la queue de comète d’une vague electroclash qui s’étiolait, il nous avait donné le goût de la baston sonore, des prestations un peu grisantes. Ce n’était pas toujours subtil, vraiment pas même, mais on s’est découvert une addiction pour ces pulsions sudoripares. Et si les albums se sont succédé sans toujours convaincre sur la longueur, il restait des petites giclées d’adrénaline à chaque fois.

Aujourd’hui, Pascal Arbez-Nicolas s’allie à Rebeka Warrior, Julia Lanoë pour l’état civil, chanteuse de Sexy Sushi et Mansfield.TYA, qui avait déjà collaboré le temps du percutant Mort Sur le Dancefloor. Ce ne sont rien moins que des noms tels Einsturzende Neubauten qui sont convoqués mais pour être parfaitement honnête, on ne trouvera que fort peu de ressemblances littérales avec la légendaire formation industrielle teutonne. Par contre on sent un ton plus martial et binaire, confinant certes plus à l’EBM.

Tout commence pourtant gentiment. On reconnait les sons de Vitalic mais il y a des voix enfantines. C’est plus martial, plus lourd, plus lent que les beats ciselés auxquels on est habitués. Logiquement, les références réclament de parler en Allemand. Sans doute qu’on a vu trop de films de guerre et écouté trop d’électro berlinoise mais c’est toujours un peu anxiogène et l’effet n’est pas désagréable. N’étant pas plus familier que ça avec la langue de Konstantin Gropper, on ne s’étendra pas sur la crédibilité de la prononciation (on soupçonne que ce n’est pas trop ça cependant). En français, c’est Adèle Haenel qui est convoquée sur De Mon Ame à Ton Ame et c’est une très bonne idée.

On voit sur Traum und Existenz que l’art d’ajouter la couche finale sur un morceau est bien là. Il est en ça plus éloigné des écoles minimales d’Outre-Rhin. On sent qu’en live il relancera forcément ce morceau. Niemand est par son tempo plus lent plus proche de l’Italo Disco. Et puis on ne se refait pas, il retrouve ses sons âpres et amples à la fois pour que l’aspect bombastique soit confirmé. On a donc quelques morceaux qui montrent deux visages (Die tausende Herbste, la baston sur la fin de Herztod) et évidemment ça passe tout seul sur la vitesse et un gimmick entêtant (Auf Immer Und Ewig)

Parfois il nous faut des choses subtiles. Parfois non. Dans ce second cas, on a toujours pu compter sur Pascal Arbez-Nicolas. Même si les références sont claires et assumées, il y a ici une belle couche de Vitalic qui enrobe le tout. On avait aimé la majorité des morceaux de ses derniers albums tout en déplorant que certains vocaux étaient trop passe-partout. En collaborant avec Rebeka Warrior, en privilégiant l’Allemand et en retrouvant un son plus abrasif, Vitalic sort peut-être son album le plus abouti.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)