Accueil > Musique > 2019 > Helgi Jonsson - Intelligentle

Helgi Jonsson - Intelligentle

vendredi 31 mai 2019, par Marc


Chanteur islandais, c’est un genre en soi. Sans doute que l’écoute est biaisée par cette origine géographique mais on ne peut s’empêcher de déceler des points communs avec d’autres. On ne va pas essayer de distinguer la composante ‘nordique’ de cette musique mais elle est manifeste, c’est une musique de soleil et de brouillard, de froid et de confort, de douceur et d’âpreté. Dans ce contexte, on pensera notamment aux moments calmes d’un Loney, Dear ou aux belles choses de Low Roar (Américain exilé sur l’île reculée).

Comme (trop ?) souvent, la mise en bouche est le meilleur moment. Lofa mèr mêle en effet douceur du piano et une densité électronique sur la fin. On retrouvera cette densité et des cordes sur Lyfta.

Si Helgi Jonsson joue tout tout seul, les paroles sont souvent dues à sa compagne Tina Dickow (ou Tina Dico, c’est selon) qui prête aussi sa voix à quelques morceaux pour de belles et douces harmonies. On retrouve au fil de cet album apaisé de belles mélodies (Trouble Is), des arpèges de guitare (Intelligentle) mais aussi un peu d’attention qui retombe quand les arrangements se font plus passe-partout (Hundred Miles, Run Wild où il montre un bel engagement). Comme chez Indridi, il s’exprime aussi dans sa langue natale sur le joliment nommé (Brudkaupslag).

Bref, si vous avez déjà fondu pour des artistes nordiques et plus singulièrement islandais, vous serez tout de suite à l’aise avec cet Helgi Jonsson qui nous accompagnera tant que l’hiver existera.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)