Accueil > Musique > 2019 > Marissa Nadler & Stephen Brodsky - Droneflower

Marissa Nadler & Stephen Brodsky - Droneflower

mardi 4 juin 2019, par Marc


Faire évoluer sa carrière solo de façon abrupte est évidemment une option, mais rechercher l’enrichissement via une collaboration est également une prometteuse possibilité. Avec ce projet-ci, c’est forcément la seconde solution que la tellement précieuse Marissa Nadler a choisi. Elle qu’on avait déjà retrouvé dans l’expérience Sailor With Wax Wings s’associe à Stephen Brodsky aguerri par ses prestations dans des groupes plutôt musclés (Old Man Gloom, Cave In, Mutoid Man, New Idea Society) pour de nouvelles envies communes d’écriture qui ne trouvaient pas place dans leurs discographies respectives.

Mêler une voix aérienne et du gros son n’est pas une idée neuve certes mais il faut d’emblée préciser que résultat n’est aucunement le metal gothique qu’on aurait pu penser. La lourdeur est forcément au rendez-vous mais finalement pas si présente. Sur For The Sun la guitare est lourde mais en fond, le morceau reste aérien et aéré avec des notes de piano. La voix de Marissa Nadler est vraiment planquée dans le mix, ne gardant que sa composante aérienne.

On est en tous cas très loin du systématisme. On peut passer de sons pas très éloignés du post-rock (Buried In Love) à des arpèges plus légers. Quand Shades Apart est articulé autour de ces arpèges, les sons ne sont pas que folk et c’est une guitare électrique pleine de réverb’ qui vient s’ajouter. Space Ghost I et Space Ghost II sont même des pièces plus évanescentes, sans guitare aucune. Dead West est plus ‘figuratif’, confinant même à l’âpreté et à la scansion au néo-folk.

On retrouve avec plaisir deux reprises, Estranged de Guns ‘n Roses et In Spite of Me de Morphine, deux univers bien distincts et a priori également éloignés de l’esprit de l’album. Dans la première nommée, ceux qui ne connaissent pas l’original ne pourront qu’avec difficulté discerner qu’il s’agit d’une reprise. Evidemment, la longueur hors-normes et l’aspect épique maintenant un peu daté (tout comme l’hénaurme clip vidéo) ne sont pas privilégiées par les forces en présence. Mais il faut convenir qu’en l’état on a affaire à un grand morceau. Le classique In Spite of Me, un peu atypique dans la discographie singulière du groupe reçoit le renfort de son saxophoniste. Il s’agit en fait d’un très beau terrain de jeu pour affirmer style.

Les chansons de Marissa Nadler sont toujours un peu hantées, leur donnant un cachet certain à ce qui pourrait être classiquement folk. On comprend l’intérêt de confronter son univers à celui d’autres artistes. Si cette collaboration-ci a tout son sens et une variété qu’on ne retrouve pas nécessairement sur les albums de la bostonienne, on pourra trouver aussi une intensité manifeste mais moins envoûtante que ses propres albums. Mais ce qu’ils réussissent ici permet d’explorer de nouvelles pistes sonores bien cohérentes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)