Accueil > Musique > 2019 > Operators - Radiant Dawn

Operators - Radiant Dawn

mercredi 19 juin 2019, par Marc


On n’a pas fini de parler de Dan Boekner. On n’a même pas à traquer ses sorties, on peut se laisser surprendre par ses inévitables retours. Il semble qu’il ait trouvé une forme qui lui plaise suffisamment pour continuer la fructueuse expérience d’Operators dont c’est le second album.

Le premier morceau s’appuie sur une progression d’accords mineurs et une belle pulsation. Quand ce mélange est maîtrise, il est forcément irrésistible. Days nous propulse donc dans l’univers d’Operators qu’on connait déjà bien. On aura droit bien évidemment à quelques titres plus catchy pour faire la différence (magnifique Strange) et quelques plages instrumentales pour faire respirer l’album.

C’est une musique carrée, impeccablement finie. Le mélange de guitare et de synthés fonctionne en plein en tous cas. Faithless pourrait d’ailleurs se poser en version post-punk ou kraut de New Order. Le gimmick lancinant d’I Feel Emotion renvoie aussi à la légendaire formation de Manchester. Mais ce n’est en rien un pastiche, le ton est plus direct, et la voix est convaincante bien évidemment. Ils se font plus binaires aussi parfois et ça claque (Low Life). Donc la base est plus large qu’il n’y paraît, surtout que Despair a le côté plus rentre-dedans d’A Place To Bury Strangers (enfin, pas celui encore plus abrasif du début). C’est dans le son que ça se passe, le ton est moins énervé que sur les albums de Handsome Furs (et des Divine Fits, aussi) dont Operators semble la suite logique et plus aboutie.

Le pessimisme foncier des paroles n’empêche pas une motivation de tous les instants, c’est aussi ce qui fait le sel et l’agitation d’Operators. Pas à dire, on a toujours l’impression que l’énergie de Boeckner est là, poussant tout ce qui bouge (Terminal Beach). Sa façon de chanter unique s’accommode finalement de tout et est le fil rouge entre toutes ses formations. Certains parlent même de renvoyer à Bruce Springsteen et le souffle est en effet comparable même si les comparaisons littérales sont plus compliquées.

On ne peut vraiment plus se laisser surprendre par un album avec Dan Boeckner aux commandes. Sa productivité (comme celle de son comparse au sein de Wolf Parade Spencer Krug) n’a jamais été synonyme de dilution mais certaines productions semblent plus abouties que d’autres et celle-ci l’est manifestement.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)