Accueil > Musique > 2019 > The National - I Am Easy To Find

The National - I Am Easy To Find

lundi 10 juin 2019, par Marc


Il est toujours intimidant de se frotter à un nouvel album de The National. Sans fanfare ni trompette (en fait, si, il y en a parfois), ils se sont hissés au sommet, à un point tel qu’on ne voit pas qui peut leur contester le statut de plus grand groupe rock du moment. Si vous pensez à d’autres, ils sont probablement dans une phase de décroissance créative (essayez, vous verrez). Cette considération sans doute un peu provocatrice et peu utile mise à part, constatons que leur succès est vraiment mérité.

Les albums de The National deviennent vraiment complexes. La maîtrise des frères Dressner a toujours été manifeste mais elle semble en permanente expansion, se présentant comme une leçon pour tous les Coldplay de la terre. Cette évolution, cette progression constante est indispensable pour ne pas s’enfermer dans ses propres références. Parce que des marqueurs forts, il y en a toujours eu à foison chez The National. Ces sons de guitare triturés, cette batterie légère mais fouillée reconnaissable à cent mètres (Roman Holiday), ce clavier aussi en intro de Quiet Light, le son bien épais et rond et surtout cette voix chaude et tellement humaine de Matt Berninger.

C’est le producteur de cinéma Mike Mills qui a lancé l’idée d’une collaboration avec le groupe. Un court-métrage du même nom que cet album existe donc et Mills est crédité en tant que producteur, lui qui confessait ne rien connaitre à la musique. C’est sans doute par fausse modestie, il y a nombre d’idées ici et il peut en porter le crédit.

Si on compare l’ouverture de You Had Your soul With You avec, disons, Fake Empire, on voit que le plaisir n’est pas le même. Il est moins immédiat, moins viscéral. Mais on est à chaque fois restés accrochés jusqu’au bout des écoutes.

La voix de Matt Berninger est présente bien évidemment, mais partage les avant-postes avec une flopée d’invitées vocales féminines qui vient modifier l’équilibre préétabli, pour le meilleur. Il y a donc Mia Tindle sur Oblivions, Lisa Hannigan (sur The Pull Of You), Gail Ann Dorsey (Hey Rosey), Kate Stables de This Is The Kit sur un doux I Am Easy To Find. Le genre de morceau qui ne paye peut-être pas de mine mais a toujours fini par s’imposer. On signale carrément une chorale sur Dust Swirls in Strange Light. On regrettera à titre personnel l’absence de la formidable Phoebe Bridgers alors qu’elle est quelques fois venue renforcer ces morceaux récemment en tournée. Il faut évidemment mentionner que l’écriture est partagée entre Matt Berninger et sa femme Carin Besser pour un résultat troublant de sincérité.

Parfois, l’abus de morceaux apaisés fait perdre l’attention sur cet album très copieux (16 titres pour 63 minutes). Mais la finesse du final de So Far so Fast emporte l’adhésion. On ne retrouve sans doute pas de titre nettement au-dessus du lot mais les grands morceaux s’enchainent, forçant sans doute plus l’admiration qu’ils ne nouent la gorge. C’est aussi une étrange idée de proposer Hairpin Turns comme single alors que ce n’est vraiment pas le morceau le plus direct de l’album, c’est même malgré ses qualités intrinsèques un de ceux qui en diluent un peu l’attention. Par contre, on était plus clients du magnifique Light Years et c’est sans doute un de ceux vers lequel on reviendra le plus volontiers.

Sans doute pas assez direct pour servir de poste d’accès (pour ça, commencez par Boxer ou le Cherry Tree EP si vous êtes pressés), ce nouvel album de The National est impressionnant. The National n’est plus un coin à champignons depuis longtemps et rien que maintenir le cap avec leur succès actuel serait déjà une performance. Ils font bien plus que ça pourtant, en mêlant une complexité croissante et une lisibilité qui n’en diminue pas pour autant. Pour ces raisons factuelles et plus personnelles, ce groupe est simplement unique et sur le toit du monde de façon plus que méritée.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • The National - I Am Easy To Find 17 juin 2019 11:21, par Laurent

    Ton exercice est très énervant. :-) J’ai essayé, je crois que tu as raison. ^^ Ça m’a d’ailleurs amené à prendre des nouvelles des Veils, et de constater que Finn Andrews avait sorti un disque solo. Je le glisse présentement dans le lecteur, en attendant ta critique ?...

    Sinon, "Hairpin Turns" n’est même pas sur les setlists. On est bien d’accord, ce n’est pas un grand morceau. Sur un album qui n’en manque vraiment pas du reste ! Long et lent, mais de haute tenue.

    repondre message

  • The National - I Am Easy To Find 8 juillet 2019 11:35, par Le Sto

    Eh bien non, moi j’ai essayé plusieurs fois : écoute attentive, en fond sonore, dans la voiture... je trouve cet album long, je ne suis pas fan des guests vocaux et j’ai l’impression qu’à part ralentir la vitesse, cet album est moins bon que les autres. Bien entendu, je suis fan de High Violet et Boxer, j’ai bien apprécié les suivants mais m’y accrochant de moins en moins. Et là, je trouve ce disque ennuyeux et surtout, il ne me touche plus, ne me fais plus vibrer comme les autres. Ce fin équilibre entre rythmique et voix qui me faisait m’envoler... là ça tombe à plat.

    Je passe mon tour cette fois.

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)