Accueil > Critiques > 2019

The Divine Comedy - Office Politics

vendredi 26 juillet 2019, par marc


On avait quitté Neil Hannon en excellents termes après son Foreverland de fort belle tenue. Il gardait le même style pop symphonique en retrouvant un allant qu’on ne lui connaissait plus depuis quelques années. Fort de cette expérience, il se lance dans un album qui pourrait même se présenter comme conceptuel et ose des choses.

C’est le sautillant single Queujumper qui ouvre cet album, ce qui est une bonne et logique idée qui donne forcément envie. Il s’écarte donc sensiblement de son camp de base par moments mais il convient de ne pas se laisser distraire par quelques atours différents. Office Politics par exemple utilise une guitare et un ton plus syncopé que tout ce qu’on lui connaît. Il trouve au passage de nouvelles façons d’être intense sur Dog Days are Here Again. Certes, il y a des effets sur cette voix mais la mélodie est limpide et les choeurs sont classiques. Une façon plus sombre de ne pas céder au modernisme à tout crin. Mais il ne faut pas en déduire que cet album est une apposition de deux styles qui n’interagissent pas, Absolutely Obsolete est finalement plus classique qu’il n’y parait

You’ll Never Work in This Town Again est bien balancé, mais dans un style qui n’évoque pas nécessairement 2019, ce qui tranche avec le propos. On peut dire la même chose du groove certain de Life and Soul of The Party. Mais en mode vintage, on ne se refait pas. Evidemment Infernal Machines apparaîtra comme presque industriel en son chef. Dans l’absolu, on est plus proche d’un bon vieux glam’.

Une fois encore, c’est son regard acéré qui fait mouche, étant une marque de fabrique plus patente que le son style. Même avec un vocoder, on retrouve son humour sur Psychological Evaluation.

Pour ne pas laisser le fan de ses balades classieuses (une écrasante majorité de son auditorat plus que probablement) sur le bord du chemin, il nous gratifie du très beau Norman and Norma, pop ciselée à son plus haut niveau. Il ne lui faut pas grand’chose pour être plus que touchant (l’m a Stranger Here) avant de laisser l’ampleur terminer le boulot. Pareil sur When The Working Days is Done qui parachève ce riche LP. Et puis il reste un interprète hors-pair, avec une voix chaude qui peut se permettre beaucoup de circonvolutions sans perdre son contrôle.

Philip and Steve’s Furniture Removal Company parle de Philip Glass et Steve Reich, ce qui est un angle d’attaque peu banal et permet de rendre un hommage à deux créateurs en décalquant certaines de leurs techniques (la répétition et le décalage). C’est donc ludique mais plus finaud qu’il n’y parait. The Synthesiser Center Super Summer Sale rappelle son goût des listes déjà abordé avec le fameux Booklovers, d’il y a (misère…) 25 ans. Donc ses envies ludiques sont toujours là.

On a l’impression que Foreverland était le signal d’un retour en forme et qu’il profite de ce bel élan pour tenter et réussir des choses. Office Politics a un thème commun sur une certaine forme moderne d’aliénation. Ce n’est pas social dans le sens littéral du terme, plutôt tourné avec un humour et un sens de l’observation assez fins. Et puis il garde sa propension à trousser des symphonies de poche qui cette fois évitent tout piège kitsch notamment grâce à des incursions hors de sa zone de confort. On est donc vraiment contents de pouvoir garder intacte toute l’affection que ce compagnon de longue date nous inspire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love

    The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des (...)