Accueil > Critiques > 2019

Bon Iver - I, i

jeudi 29 août 2019, par marc


Il semble bien loin, le premier album parfait de Justin Vernon, intime et poignant. Il a voulu très vite passer à autre chose, évoluer vers des contrées sonores plus aventureuses. La transition, dans un premier temps étant assuré par la voix haut perchée de Justin Vernon.

Il est maintenant, sans doute malgré lui le chef de file d’un style qui compte un beau nombre de réussites telles qu’Ed Tullett et/ou Novo Amor. Et puis en parallèle de formations comme Grizzly Bear ou Atlas Sounds, ils ont osé mêler de l’électronique, des cuivres, un psychédélisme maîtrisé à ce qui est une base plus folk. Cet environnement suscite l’attente, laquelle a rarement été déçue.

D’une manière générale, on adore même si on note un déficit en émotion pure. Sans doute parce que ces morceaux peuvent se révéler tortueux (We) ou sembler manquer d’enjeu (Sh’Diah). Dans ces moments-là, les effets sur la voix donnent l’impression qu’il s’époumone dans un grand hangar. Mais il faut admettre qu’ils arrivent à en faire un style en soi.

Eux seuls peuvent se lancer dans ces hymnes discrets, nous emportant presque malgré nous (Hey, Ma), avant de nous laisser en apesanteur sur ce qui est plus proche du drone ambient que de la chanson de feu de camp. Il y a des mélodies, bien évidemment (U (Man Like)) et puis l’engagement vocal de Vernon est volontairement mis au second plan (Naeem). Mais surtout, ils arrivent aussi très souvent à donner de l’ampleur et du spectaculaire (Faith) sans tirer sur de grosses ficelles. Ils arrivent à rester légers en toute circonstance, ce qui est une qualité qui grandit forcément au fil des écoutes, l’abord semblant un peu lisse avant que toute la douceur ne percole.

En fait, on se surprend à préférer certains qui se sont inspirés du style de Bon Iver que l’original, toujours majestueux et intime à la fois, admirable et identifiable entre tous, mais moins à même de susciter l’émotion suprême. Ce n’est plus ce qu’on recherche ici de toute façon, mais une musique foisonnante, toujours inventive et qui constitue une des plus marquantes discographies de notre époque.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)