Accueil > Critiques > 2019

Cross Record - Cross Record

mardi 3 septembre 2019, par marc


On avait découvert Cross Record (Emily Cross et Dan Duszynsi) en première partie de Shearwater. Le courant était si bien passé entre eux que le duo a formé Loma avec Jonathan Meiburg. Mais la vraie vie est passée par là et c’est en solo qu’Emily aborde ce nouvel album de Cross Record en attendant la suite de l’excellent premier album de Loma dont elle est aussi la chanteuse.

On constate d’emblée que l’ambiance a un peu changé, dégageant plus d’intimité dès What Is Your Wish, qui est une porte d’entrée sans concession. Licorice marque le vrai début de l’album, avec un son cotonneux qui enveloppe sa voix qui nous accompagne mine de rien depuis plusieurs années. Elle s’accompagne parfois d’une belle densité d’électronique (Y/o Dragon) et ce sont les percussions qui charpentent The Fly. Et puis ce sont de vrais beats sur Hollow Garden qui apportent un beau contrepoint à la relative répétition et supportent ce qui ressemble à une montée. On apprécie aussi la richesse de la fin de An Angel, a Dove.

C’est un album qu’il faut aller chercher, qui n’augmentera jamais le tempo, rendant l’écoute un peu exigeante. Mais gratifiante aussi. On songe à une version moins désolée des tellement uniques premiers albums de Susanna. I Release You (dont on devine l’origine) est empreint de cette grâce hiératique. Face Smashed, Drooling arrive aussi à susciter de l’émotion dans ce recueillement. Quand la mélodie est plus lumineuse et ample, on navigue dans les eaux de Bat For Lashes (PYSOL My Castle, The Fly).

Voici un album de la catégorie de ceux qui grandissent au fil des écoutes. Moins spectaculaire que ce qu’on a pu entendre chez Cross Record en tant que duo ou chez Loma, il n’en recèle pas moins de discrètes pépites. A conseiller sans réserve donc.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)