Accueil > Critiques > 2019

Vanished Souls - Vanished Souls

lundi 9 septembre 2019, par Marc


Ne sachant pas s’ils se connaissent, on ne s’aventurera pas à parler de scène, mais on a constaté chez quelques formations françaises un socle commun comportant un même goût d’un l’héroïsme propre sur soi, un petit accent frenchie et quelques franches réussites comme The White Note ou Uniform Motion.

Sorti il y a un an et demi en France, cet album commence par Ghosts qui a un petit air de Girls In Hawai récent. Autant dire qu’on est d’emblée en confiance. My ROM prend des airs héroïques, cordes comprises et c’est réussi, c’est ce genre de poussée qui justifie l’écoute et donne envie d’y revenir. Mais le cœur de l’album est ailleurs, dans des morceaux plus discrets mais qui ont leur charme comme All Forget en dream-pop forcément vaporeuse et légère. C’est sur cette base qu’un morceau comme You’re Not Alone prend de l’ampleur, mêlant fausse discrétion et flamboyance assumée. Ce style peut aussi s’incarner dans un slow qu’on ne voit pas venir (No Suffering)

On précisera aussi être moins convaincus par le flow daté de Am Your Shadow, ramenant aux embarrassantes heures du nu-metal. Dommage, la suite d’accords mineurs était convaincante. Dans le même ordre d’idées, 3:42 a de l’énergie, certes mais sans la sauvagerie élémentaire qui lui permettait de se transcender. Mais ce n’est pas leur optique, leur force est ailleurs comme on l’a déjà dit et comme ils le confirment en terminant cet album avec un bon vieux slow burner (Silencio) qui nous laisse sur une impression globale bien positive.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)