Accueil > Musique > 2019 > !!! - Wallop

 !!! - Wallop

lundi 16 septembre 2019, par Marc


En voilà qu’on suit depuis longtemps. Sept albums relatés en quinze ans, c’est en effet une belle fidélité.
On n’est plus dans les brûlots des débuts, dans les semi-classiques de Myth Takes mais s’ils se sont occasionnellement calmés, on salue leur retour à chaque fois. Et ça attaque d’emblée, la machine à groove n’a pas besoin d’un gros échauffement et sur un mode plus électronique, elle semble revenir résolument vers les années ‘90 (les débuts de la formation new-yorkaise) dans le son et une attitude moins dégagée.

Basse très profonde (Angus Andrew des [Liars-1573] est de la partie), petite guitare funky assez irrésistible, la collaboratrice de longue date Meah Pace en puissante invitée et gros gimmick enveloppant, le duo Off The Grid et In The Grid claque, comme tout le le reste cela dit. Quand ils arrivent à mêler leur légendaire allant et un peu de mélancolie, on fond naturellement pour Slow Motion.

La relative lenteur de Domino marche aussi fort bien avec son gimmick. Le son est bien rond et fort, le chant de Nick Offer qui pousse sans en avoir l’air. Sans doute un prétexte à repartir en tournée pour des prestation qu’on conseille sans réserve, Wallop propose aussi de la house moite (My fault), voire de l’electro-house plus abstraite (UR Paranoid), et des prolongements comme This Is The Dub qui est une petite suite plus furieuse de This Is The Door.

Rarement depuis ses débuts  !!! n’a autant poussé les curseurs vers l’électronique et ce qui pourrait s’apparenter à une plongée nostalgique dans les nineties claque avec une belle actualité. Nos barjots new-yorkais préférés emmenés par cette petite glute de Nick Offer sont de retour avec une belle pêche en tous cas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)