Accueil > Critiques > 2019

Jean-Louis Bergère - Ce Qui Demeure

mercredi 18 septembre 2019, par Marc


La mémoire étant ce qu’elle est, il est souvent opportun de relire ce qu’on a dit d’un artiste quand on en a parlé pour la dernière fois. Et bien souvent, on retrouve les mêmes sensations à quelques années d’écart. Ce qui a été dit de Jean-Louis Bergère il y a six ans est toujours d’actualité en tous cas..

Jean-Louis Bergère, pour rappel, c’est de bon ton. Bon ton de la voix en tous cas, chaude et peu portée sur le pathos. Bon ton des textes aussi, qui ne me sont comme la première fois pas apparus comme très émouvants mais comme ils prennent beaucoup de place selon la loi du genre, il faut préciser que c’est adroit tout de même, évitant avec succès les écueils d’une poésie trop allusive. C’est tout de même occasionnellement un peu sentencieux sachez-le. On se sent mesquin de comparer le Nawelka Café à, disons, Music-Hall de Dominique A dont la déclamation dégage une tout autre puissance.

La musique est également de bon ton, très en phase avec le propos. C’est une musique d’espaces, avec des sons de guitare très travaillés qui prennent une belle place. Inouï monte un petit peu, rappelant ce que peut faire Bertrand Belin mais il ne lâche pas les chevaux quand il pourrait le faire sur Ce Qui Demeure qui peut compter sur une efficace combinaison d’arpèges et de violon. Cette constance dans la lenteur est une donnée à prendre en compte avant de se lancer dans l’écoute intégrale. Il y a certes un peu de rythmique. Quand on atteint le mid-tempo, Aurore (un des moments les plus enlevés) pourrait passer pour une poussée de fièvre. Pour le reste on signale pour l’anecdote une allusion à Léonard Cohen (L’Homme Qui Chante) et quelques mots en anglais avec le toujours particulier accent hexagonal. Ce qui n’est pas anecdotique par contre c’est qu’il y a de vraies belles mélodies (Tout Le Poids,Murnau). Le tout est livré avec un sérieux de Pape.

On a perdu l’habitude d’une chanson française entièrement au premier degré, sans ironie et complètement orientée vers sa propre poésie. Si cette austérité n’est pas éliminatoire pour vous, Jean-Louis Bergère est définitivement à découvrir parce qu’il y a d’indéniables qualités mélodiques et de sobriété. J’avoue que cette aridité n’a pas suscité chez moi l’émotion pure que le recueillement imposait.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)