Accueil > Musique > 2019 > Inutili - New Sex Society

Inutili - New Sex Society

mardi 1er octobre 2019, par Marc


D’emblée, les Italiens d’Inutili nous plongent dans un rock tendu, abrasif, le saxophone conférant à l’ensemble un côté jazz très libre (on n’ose pas dire ‘free’ parce que toutes les caractéristiques n’y sont pas). Ce saxophone est un ajout récent visiblement mais on peut dire qu’il est parfaitement incorporé à l’ensemble même s’il ajoute un peu de rudesse parfois.

Sur Rooms, le psychédélisme est primal, celui des longs Pink Floyd avant qu’une éruption vienne jeter un coup de pied définitif dans la fourmilière. Et puis revenir en mode tendu et brouillardeux. Sur ces treize minutes, un large spectre est déjà balayé, on sait qu’on embarque pour un chemin tortueux, pas une ballade pépère. Ca plaira sans doute à ceux qui regrettent les belles (et un rien épuisantes) heures de The Mars Volta.

On se laisse prendre par des parties de morceaux, par des mouvements qui nous dépassent comme la montée irrésistible sur Space Time Bubble. Le format est évidemment articulé comme ça, avec de très longues plages. De façon amusante, ils compressent le tout (sans le sax) sur un court morceau de moins de deux minutes (Tiny Body) et jamais cette furie (sur Seeds par exemple) ne semble leur échapper.

Le chant un peu distancié est plus dans la tradition du post-punk et se révèle plus intransigeant que la collaboration de G.W Sok chez Filiamotsa. Il peut aussi se faire plus éructant sur Space Time Bubble.

Psychédélisme furieux, free-jazz à tendance post-punk, difficile de faire adhérer une étiquette au quintette italien. Allez-y de notre part, bien franchement, mais en connaissance de cause. Tout à tour fleuve tranquille ou torrent au gré des apports de ses affluents, la musique d’Inutili est donc à conseiller à ceux qui n’ont pas peur de se faire mouiller.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)