Accueil > Musique > 2019 > Josy and the Pony - Eponyme

Josy and the Pony - Eponyme

vendredi 4 octobre 2019, par Marc


Bon, on vous avait déjà parlé de Josy and the Pony. On avait aimé le concept et le résultat, marquant parce qu’original mais qui ne semblait pas appeler de suite. Elle est pourtant là et bien là, poussant plus loin la blague et le sérieux.

Parce que cet album repose sur le même gimmick chevalin, tout tournant autour du poney ou de la plus belle conquète de l’homme après le vélo. Le ton reste narquois, amusant et enjoué, voire un peu salace sur les bords (Secte Equestre, La Crinière) mais pas graveleux non plus parce que c’est détourné. Oui, ce qu’on dit de La Crinière (Belle/Grand/longue/Epaisse/J’aime la regarder/La toucher) pourrait s’envisager d’autre chose mais ça ne part jamais en vrille.

L’évolution est donc à chercher et à trouver ailleurs. Tout d’abord dans cette propension à détourner les sujets pour parler d’autre chose. Pas d’exégèse nécessaire cependant, ce n’est pas non plus crypté, on devine bien vite que ça permet de donner un angle d’attaque à des sujets variés comme le harcèlement (Anon petit con), la religion (Secte Equestre) ou l’image de la femme (Deux Chevaux Mustang où Bardot en prend pour son grade de façon bien réjouissante).

Ensuite, le ton moins potache se retrouve aussi dans une musique solide. On pourrait parler de pop sixties (l’orgue inévitable) avec de bien francs chorus quand il est question de l’âne Sullivan. Avec ce ton et ce son, il est logique qu’on retrouve cet album sur l’aventureux et unique label Freaksville de Benjamin Schoos. Conseil consommation cependant, fuyez l’irritante dernière plage qui ne cache même pas de morceau caché.

Comme tous les albums ’rigolos’, il n’est pas facile d’en faire partager l’humour. On se bornera à constater qu’on la suit dans son délire. Mais elle ne tombe pas dans l’écueil du ’c’est pour rire alors on peut faire n’importe quoi’ parce que musicalement ce revival sixties tient franchement la route. Cet album forcément est donc attachant même pour ceux qui n’ont pas (encore) d’obsession hippique et aiment lire entre les lignes. Josy and the Pony était donc là pour rester.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)