Accueil > Critiques > 2019

CHICKN - Bel Esprit

mercredi 16 octobre 2019, par Marc


Vous savez qu’on a une source grecque et logiquement, certaines de ces fort intéressantes formations reviennent régulièrement. On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du psychédélisme joyeux et éclectique de CHICKN et ce n’est pas ce fort opportunément appelé Bel Esprit qui va nous faire changer radicalement d’avis.

Mais si les deux albums balayaient une bonne partie des possibilités lysergiques, ceci part dans des directions un peu différentes. On y rencontre d’ailleurs très vite une pop ensoleillée, et cet album se révèle d’emblée très aéré. C’est une musique de plein air si vous voulez. Moins orienté sixties que ses prédécesseurs, il étale ses influences jusqu’aux années ‘80, faisant penser parfois à du B52’s en goguette ou une certaine relecture de l’époque telle qu’on l’a entendue chez Yeasayer. On entend même de l’autotune sur Candle Fly et ils se lancent en Espagnol sans complexe (Chickn Tribe (Slight Return)) qui est un prolongement d’un morceau de l’album précédent qui lui-même était la suite d’un morceau de l’album d’avant (vous suivez ?).

Le corollaire, c’est que c’est bien plus léger, presque évanescent sur She’ll Be Apples, voire carrément dansant sur Infrared Panda Club. On se rappelle qu’ils ne sont pas si nombreux à avoir pratiqué avec succès cette pop indé à guitares. Moon Underwater rappelle ainsi The Hidden Cameras. Il reste des traces de fameux chorus un peu furieux mais maîtrisés, guitares en avant, ces moments plus tendus qui restent plus intéressants (Die To Make A Living). Les envies psychédéliques de la formation grecque sortent maintenant plus largement de leur cadre sixties initial. Une touche de soleil et d’amusement décomplexé, c’est toujours bon à prendre convenez-en.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)