Accueil > Musique > 2005 > Gravenhurst : Fire In Distant Buildings

Gravenhurst : Fire In Distant Buildings

lundi 21 août 2006, par Marc


Il faut se rendre à l’évidence après des écoutes répétées : cet album de Gravenhurst est d’une isondable beauté.

Tout commençait comme le meilleur des Tortoise (TNT). Rien ne laissait donc soupçonner la présence d’un chant (pour rappel, Tortoise c’est exclusivement instrumental), encore moins de ces impressionnantes secousses telluriques. Car l’album est parsemé de ces fulgurances électriques qui sont comme un surlignage des climats apaisés et un peu froids. On n’a entendu qu’un morceau mais l’attention est captée d’emblée et ne sera jamais relâchée. D’ailleurs, leur savoir-faire s’exprime dès le second titre puisque c’est une rythmique bien plus soutenue qui relèvent Velvet cell et sa reprise. En effet, Fire in distant buildings n’est pas un album mollasson, mais réussit à ne jamais se cantonner dans la lenteur. Dès lors, les chansons plus intimes le deviennent encore plus (Nicole), évoquant Spain, la froide perfection technique en moins. C’est à Sophia par contre que l’on pense sur Cities beneath the sea.

La principale qualité d’un groupe, quel que soit le genre pratique, est son intensité. Donc c’est ce qui caractérise Gravenhurst, rendant même digeste quelques tentatives hors-format (les 10’21" de Song from under the arches qui jouent les orages en eaux tendues).

Ceux qui apprécient ce spleen musical prendront un plaisir rare et auront un CD à placer entre les incunables de Sophia et autres Spain. Une des très bonnes découvertes de l’année pour moi en tous cas. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)