Accueil > Musique > 2019 > Angel Olsen - All Mirrors

Angel Olsen - All Mirrors

lundi 4 novembre 2019, par Marc


Le nombre de belles choses est presque décourageant, surtout quand on veut considérer que notre temps est limité. Si c’est la première fois qu’on vous parle d’Angel Olsen, on connaissait et appréciait copieusement la chanteuse américaine, qui arrivait à faire la synthèse d’une perfection folk et d’une certaines idées des sixties.

D’emblée, le changement de cap est assez marqué. Enfin, non pas du côté de l’inspiration, mais l’ampleur nouvelle (et une bonne dose de cordes) lui offre de nouveaux horizons. Elle lâche les chevaux dès Lark et manifeste sa puissance dans quelques morceaux bien sentis comme le très beau All Mirrors qui ne desserre jamais l’étreinte. Le timbre de voix particulier quand elle hausse le ton pourra évoquer Lana Del Rey qui aurait pris ses fortifiants mais surtout l’amie Anna Von Hausswolff parce qu’elle partage avec la Suédoise la propension à partir du sol avant de s’envoler.

Mais ce n’est pas la seule tendance de l’album, elle n’a pas seulement voulu faire une version plus spectaculaire de ce qu’elle faisait déjà fort bien. Sur des morceaux comme New Love Cassette ou Too Easy ou Spring, elle s’éloigne des références plus folk qu’on a pu lui attribuer pour se rapprocher d’artistes plus singulières comme St Vincent sans s’imprégner de ses brusques revirements. Mais elle peut aussi jouer d’une simplicité qui n’est plus vraiment folk sur Endgame et trouver un bel équilibre entre pulsation et cordes soyeuses sur What It Is.

Ces cordes peuvent se faire langoureuses sur la belle ballade Chance, le genre de morceau qui est taillé pour traverser les époques et les modes. On connaissait déjà le talent d’Angel Olsen, sa personnalité. En étoffant le son, elle hausse encore le ton, monte d’un cran et c’est de là-haut qu’elle peut nous considérer maintenant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)