Accueil > Musique > 2019 > Corridor - Junior

Corridor - Junior

mercredi 6 novembre 2019, par Marc


Evidemment il y a maintenant des formations comme Baden Baden ou Volin mais il y a depuis un petit temps des groupes canadiens pour faire autre chose en français. Avec des réussites (les bons moments de Malajube ou Karkwa) ou moins (Pas Chic Chic). Il n’est à cet égard pas anodin de noter que Corridor est signé sur l’indispensable Sub-Pop de Seattle (qui a non seulement découvert Nirvana mais aussi fourni Fleet Foxes, The Shins, Band of Horses, Wolf Parade ou Shearwater), gage non seulement de qualité mais de stature internationale.

Junior est un exemple typique d’une pollinisation croisée réussie entre l’excellence indie canadienne et l’emploi d’une langue qui pourrait apparaître comme incongru dans un contexte musical pareil. La voix est d’ailleurs très en retrait. On doit tendre l’oreille pour comprendre et bon, c’est le style qui veut ça. On n’est clairement pas chez leur voisin de Pierre Lapointe.

Topographe est le genre de dream-pop des grands espaces et aux voix aériennes qu’on a déjà rencontré chez leurs voisins de The Besnard Lakes et ils établissent le même décor sur le langoureux morceau final. Pour le reste, c’est un album nerveux et ramassé où on note des influences kraut et de la tension sur Domino qu’ils arrivent à mêler à leur musique de base. Ca part sans qu’on ne se rende compte de rien.

La dream-pop dense d’Agent Double est le genre de morceau qui doit sans doute beaucoup à Deerhunter. Une fois constatée, cette référence revient souvent en tête par cette propension à mêler des genres sans jamais se départir de sa personnalité. Avouez que c’est un compliment rare. On le constate, ça valide pas mal de genres et de manières qui sont appréciées de la maison. Leur tension leur permet de rendre le tout assez homogène, les différences se faisant à la marge. La différence étant dans le dosage subtil d’une basse est en avant (Goldie), d’un riff de guitare plus anguleux (Junior) pour modeler ce post-punk. L’évocation de déplacements et de guerres indiennes de Grand Cheval apportant une dose de mélancolie au tout.

On écoute donc Corridor parce que Junior est un fort bon album de dream-pop tout à fait à la hauteur de ce qu’on attend d’un album du genre, urgent et intense. Qu’il soit chanté en français est dans ce contexte un supplément d’originalité et de personnalité qu’on salue et recommande.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)