Accueil > Musique > 2019 > Corridor - Junior

Corridor - Junior

mercredi 6 novembre 2019, par Marc


Evidemment il y a maintenant des formations comme Baden Baden ou Volin mais il y a depuis un petit temps des groupes canadiens pour faire autre chose en français. Avec des réussites (les bons moments de Malajube ou Karkwa) ou moins (Pas Chic Chic). Il n’est à cet égard pas anodin de noter que Corridor est signé sur l’indispensable Sub-Pop de Seattle (qui a non seulement découvert Nirvana mais aussi fourni Fleet Foxes, The Shins, Band of Horses, Wolf Parade ou Shearwater), gage non seulement de qualité mais de stature internationale.

Junior est un exemple typique d’une pollinisation croisée réussie entre l’excellence indie canadienne et l’emploi d’une langue qui pourrait apparaître comme incongru dans un contexte musical pareil. La voix est d’ailleurs très en retrait. On doit tendre l’oreille pour comprendre et bon, c’est le style qui veut ça. On n’est clairement pas chez leur voisin de Pierre Lapointe.

Topographe est le genre de dream-pop des grands espaces et aux voix aériennes qu’on a déjà rencontré chez leurs voisins de The Besnard Lakes et ils établissent le même décor sur le langoureux morceau final. Pour le reste, c’est un album nerveux et ramassé où on note des influences kraut et de la tension sur Domino qu’ils arrivent à mêler à leur musique de base. Ca part sans qu’on ne se rende compte de rien.

La dream-pop dense d’Agent Double est le genre de morceau qui doit sans doute beaucoup à Deerhunter. Une fois constatée, cette référence revient souvent en tête par cette propension à mêler des genres sans jamais se départir de sa personnalité. Avouez que c’est un compliment rare. On le constate, ça valide pas mal de genres et de manières qui sont appréciées de la maison. Leur tension leur permet de rendre le tout assez homogène, les différences se faisant à la marge. La différence étant dans le dosage subtil d’une basse est en avant (Goldie), d’un riff de guitare plus anguleux (Junior) pour modeler ce post-punk. L’évocation de déplacements et de guerres indiennes de Grand Cheval apportant une dose de mélancolie au tout.

On écoute donc Corridor parce que Junior est un fort bon album de dream-pop tout à fait à la hauteur de ce qu’on attend d’un album du genre, urgent et intense. Qu’il soit chanté en français est dans ce contexte un supplément d’originalité et de personnalité qu’on salue et recommande.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)