Accueil > Musique > 2019 > Tindersticks - No Treasure But Hope

Tindersticks - No Treasure But Hope

vendredi 22 novembre 2019, par Marc


25 ans. Ca fait un quart de siècle qu’on a découvert les Tindersticks, plongé sans remède dans ces deux premiers albums et jamais eu à renier cet attachement. Comme le confesse Stuart Staples, sa voix très particulière (un vibrato baryton du plus bel effet) laisse peu de latitude quant au style, et c’est un peu vrai. Mais pas complètement, on a connu des évolutions des cordes soyeuses à la soul blanche (Can We Start Again) au jazz plus minimal et arrêté qui déviaient de leur pop de chambre très ample des débuts. On avait aussi copieusement apprécié The Something Rain qui les voyaient se reposer sur une énergie de type différent.

En trois notes de piano et deux mots, on est de retour à la maison avec ce douzième album mais on sent aussi très vite que cet album apporte plus de réconfort que de sensations fortes. Il y a des mélodies, la voix de Staples mais peu de relief. Ca, c’est pour la première partie de l’album.

Parce qu’ensuite on monte sensiblement. See My Girls est une bien belle chose avec une petite guitare, un engagement supérieur pour lancer ce morceau en suspension. Ils savent donc toujours monter le ton, ajouter la densité à la douceur et au spleen inhérent à leur style. C’est aussi plus gratifiant quand Stuart déclame sur The Old Man Gait. Tough Love est plus franc du collier, moins évanescent pour rendre cette fin d’album convaincante, avec une progression qui montre leur métier. Sur la longueur, ce n’est certes pas un haut fait de leur carrière qui n’en manque pas.

Une fois admis et apprécié le procédé de Tindersticks, la déception n’est pratiquement plus possible. Explorant les limites de leur style ou retournant au camp de base, on est de toute façon curieux de voir ce qu’ils proposent. Mais ici, il faut attendre la seconde partie d’album pour ressentir quelques secousses, une émotion que la confort cosy mais un peu ronronnant du début ne permet pas de susciter. Des retrouvailles en mode cocoon donc plus qu’une éclatante réussite qui peut aussi surgir à tout moment. Ce sera sans doute pour la prochaine fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)