Accueil > Musique > 2019 > Fink - Bloom Innocent

Fink - Bloom Innocent

mercredi 4 décembre 2019, par Marc


Once you get a taste/You’ll be back

Ce sont les seules paroles du morceau Once You Get A Taste et on peut témoigner, depuis qu’on l’a découvert il y a plus de dix ans en première partie de Soap&Skin, on est toujours revenus vers lui. Et il nous a toujours donné de très bonnes raisons de le faire. On a adoré quand il s’est fait plus spectaculaire sur Hard Believer, on avait aussi apprécié qu’il pousse le curseur de son style particulier vers le blues (Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1) ou le folk (Resurgam). Parce que Fink, c’est avant tout un style, un assemblage subtil entre secousses, guitare acoustique et voix chaude.

Il faut pourtant pouvoir moduler son attente à l’entame de cet album qui se lancé par le groove discret mais certain de Bloom Innocent. C’est en effet un album qui prend son temps et We Watched The Stars est un peu lent sans doute. Il pourra apparaître un rien plus anodin en première écoute mais s’il y a des morceaux qui testent notre capacité de concentration (Rocking Chair, My Love’s Already There), ce ne sont fatalement pas ceux qu’on retiendra sur ce dixième album.

Once You Get A Taste part d’emblée plus fort. Un arpège et une caisse claire, il n’en faut pas tellement plus pour que le morceau tienne tout droit et tout seul. Et si la montée est lente sur That’s How I See You Now c’est une montée manifeste tout de même. Sa façon bien à lui d’être intense revient sur Out Loud, arpège et martèlement s’accordent pour que sa voix s’exprime au mieux. Il y aura d’autres excellents moments comme le beau chorus en suspension d’I Just Want a Yes. L’évolution de Fink n’est jamais spectaculaire et ne connaît pas de soubresauts et secousses mais elle est manifeste. Pas orientée vers un but précis mais louvoyant avec bonheur d’une teinte à l’autre au gré de l’inspiration.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)