Accueil > Musique > 2019 > Miègeville - EstOuest

Miègeville - EstOuest

mardi 10 décembre 2019, par Marc


Quand on tient une découverte en chanson française, on la garde précieusement. Et il n’a pas fallu longtemps pour que l’EP qui nous avait signalé Matthieu Miègeville ne se prolonge en un album en bonne et due forme. On avait décelé un ton et non seulement il le garde mais il le renforce et le diversifie.

C’est ce qu’on constate quand on se frotte d’emblée au parlé/chanté d’emblée de Longue Nuit. Pour que ce genre de pièce fonctionne, il faut qu’on y croie, c’est une constatation. Et on y croit. Notamment parce que la musique suit l’intensité et module le morceau, ce qui le distingue du hip-hop sticto sensu. On retrouvera un morceau du même tonneau avec Les Portes qui développe une belle puissance. C’est en tous cas une bonne idée de passer la rage sur ce mode-là.

Ceux qui connaissent déjà l’EP retrouvent une nouvelle version de La Fin Des Combats qui s’appelle maintenant Tu Chantais. La version est plus alambiquée, un peu moins imprégnée de la mélancolie de base de la version originale, plus lourde donc et ça lui va fort bien aussi. Ensemble Dans Le Vent devient Acte Manqué et reste une des cartes de visite évidentes de ce premier album.

Les autres bons moments sont à chercher d’un autre côté, vers le bien beau Blanche, avec de discrètes cordes par exemple, ou Les Couleurs, Tu Vois qui use de petites touches pour avancer. On notera aussi l’intensité de Ma Garonne Débordera qui se place en héritière de Volga. Il confesse une fixette sur les fleuves et ça lui va plutôt bien. Le principal mérite d’un morceaux plus pop comme La Baleine Bleue (avec la voix féminine de Candice Pellmont du groupe Winnipeg) est d’assurer un équilibre au tout.

Il fallait un premier album pour entériner la promesse faite par Longue Distance et voilà, c’est fait. Si on note une évolution et de nouvelles pistes, il a gardé cette capacité à allier le fond et la forme. Ce n’est pas un débutant, c’est certain et on attend d’ores et déjà la suite.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)