Accueil > Critiques > 2019

Leonard Cohen - Thanks for the Dance

vendredi 13 décembre 2019, par marc


You were born to judge the world/Forgive me/But I wasn’t

Un album posthume, surtout s’il n’est pas fini du vivant de l’artiste, ce n’est que rarement une bonne idée. Le génial Canadien avait pris congé de nous de la plus vibrante des façons, avec un album d’une beauté noire qui n’appelait pas de rappels. Il fallait prendre des précautions pour que ces lignes de voix prennent chair mais l’équipe autour de son fils Adam et qui comprend notamment Beck (c’est lui qui joue de la harpe sur The Night of Santiago, Feist ou Bryce Dessner de The National.

Leur bonne idée est d’en faire un objet simple. Il fallait de la sobriété, de la décence même. Ici, la voix prend énormément de place, et c’est un choix pertinent. A moins d’être survolté pour une raison ou une autre, il est impossible de ne pas céder à What Happens To The Heart. On sait tout de suite qu’on va retrouver cette légende pour un petit supplément qui ne se refuse évidemment pas. Et ça parle de disparition, directement mais avec pudeur (Moving On) et puis une voix pareille qui vous parle de l’holocauste, ça ne peut que faire de l’effet (Puppets). La distance est impeccable, cette pensée tellement accessible et poétique à la fois n’appartenait qu’à lui, c’est son don au monde.

Alors oui, il y a des mélodies, et c’est une de ses forces, exposées il y a un demi-siècle de ça. Elles sont moins présentes sans doute vu qu’il chante à peine mais il suffit de quelques variations sur It’s Torn pour que paf, on plonge avec lui. Et on est carrément emportés quand The Hills s’étoffe d’un peu d’ampleur. On retrouve même ses arpèges tellement caractéristiques sur The Goal.

On n’attendait forcément plus d’album de Léonard Cohen qui semblait avoir livré son épitaphe définitive. Pourtant, plus que sur Popular Problems qui avait dissipé un léger ennui poli, on apprécie de retrouver cette poésie, cette voix et ce sens mélodique de légende. Cette petite dose inattendue, quand elle a cette dignité et quelques surgissements, fait assurément du bien.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)