Accueil > Critiques > 2019

Leonard Cohen - Thanks for the Dance

vendredi 13 décembre 2019, par marc


You were born to judge the world/Forgive me/But I wasn’t

Un album posthume, surtout s’il n’est pas fini du vivant de l’artiste, ce n’est que rarement une bonne idée. Le génial Canadien avait pris congé de nous de la plus vibrante des façons, avec un album d’une beauté noire qui n’appelait pas de rappels. Il fallait prendre des précautions pour que ces lignes de voix prennent chair mais l’équipe autour de son fils Adam et qui comprend notamment Beck (c’est lui qui joue de la harpe sur The Night of Santiago, Feist ou Bryce Dessner de The National.

Leur bonne idée est d’en faire un objet simple. Il fallait de la sobriété, de la décence même. Ici, la voix prend énormément de place, et c’est un choix pertinent. A moins d’être survolté pour une raison ou une autre, il est impossible de ne pas céder à What Happens To The Heart. On sait tout de suite qu’on va retrouver cette légende pour un petit supplément qui ne se refuse évidemment pas. Et ça parle de disparition, directement mais avec pudeur (Moving On) et puis une voix pareille qui vous parle de l’holocauste, ça ne peut que faire de l’effet (Puppets). La distance est impeccable, cette pensée tellement accessible et poétique à la fois n’appartenait qu’à lui, c’est son don au monde.

Alors oui, il y a des mélodies, et c’est une de ses forces, exposées il y a un demi-siècle de ça. Elles sont moins présentes sans doute vu qu’il chante à peine mais il suffit de quelques variations sur It’s Torn pour que paf, on plonge avec lui. Et on est carrément emportés quand The Hills s’étoffe d’un peu d’ampleur. On retrouve même ses arpèges tellement caractéristiques sur The Goal.

On n’attendait forcément plus d’album de Léonard Cohen qui semblait avoir livré son épitaphe définitive. Pourtant, plus que sur Popular Problems qui avait dissipé un léger ennui poli, on apprécie de retrouver cette poésie, cette voix et ce sens mélodique de légende. Cette petite dose inattendue, quand elle a cette dignité et quelques surgissements, fait assurément du bien.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)