Accueil > Musique > 2019 > Swans - Leaving Meaning

Swans - Leaving Meaning

vendredi 24 janvier 2020, par Marc


Il y a tellement de groupes cultes qu’il est compliqué, voire impossible de se frotter à tous. C’est moche mais c’est comme ça. J’ai fini par trouver la porte d’entrée des Swans en me plongeant tête baissée dans leur copieuse discographie et bien honnêtement, si vous êtes tentés par l’expérience, il faut prendre son temps tant les écarts de style sont parfois grands. Cette découverte avait été entérinée par un concert impressionnant.

Michael Gira avait évoqué la fin d’un cycle pour The Glowing Man, à un tel point qu’on avait pensé à une nouvelle dissolution de la formation. Il n’en est heureusement rien et ce n’était finalement qu’une énième variation de line-up. Il a donc retrouvé nombre de ses anciens collaborateurs, notamment de sa formation Angels of Light plus d’autres comme Anna Von Hausswolf qui assure les choeurs avec sa soeur Maria ou Ben Frost (notamment auteur de la formidable bande-son de la série Dark).

Musicalement aussi, on note un changement. Ils ne se mettent pas à la disco à paillettes pour autant vous vous en doutez mais on ne retrouvera pas par exemple de morceau d’une demi-heure. Certes, il reste de longues plages répétitives comme Leaving Meaning mais elle est aérée par un piano, pour un morceau qui reste acoustique. On imagine Nick Cave dans le registre d’un Annaline plus apaisé.

Hanging Man est plus lancinant mais avec une lourdeur moindre que par le passé. Enfin, sur dix minutes, il a largement le temps de faire monter la pression, voire de la libérer par moments. Gira est évidemment souverain pour moduler sa déclamation, pour osciller entre transe chamanique et imprécation. Mais l’exercice se révèle un peu moins impressionnant (moins exigeant, aussi) que sur les moments équivalents de The Glowing Man. Sunfucker peut ainsi virer en son milieu après un début mêlant répétition, des choeurs et plus d’allant.

Le ton d’Amnesia nous ramène à des musiques comme Current 93. Ne vous laissez donc pas tromper par les arpèges acoustiques, il y a des surprises au détour du morceau. Comme David Tibet ou Jamie Stewart, Gira n’est pas un garçon vraiment apaisé au final.

Cette relative accessibilité montre sans doute aussi un peu les limites du style et rend paradoxalement plus compliqué de l’avaler d’une traite puisque l’attention n’est plus captée en permanence. On ne note par exemple que peu d’enjeu sur Cathedrals Of Heaven et l’enchaînement de morceaux de plus de dix minutes sur trois ou quatre accords ad lib est rendue moins gratifiante sans la terrifiante lourdeur. Mais les grands moments sont là, sur le lancinant et efficace Some New Things ou le mélodique et enlevé What Is This relevé de cordes. Leurs textures sonores restent d’ailleurs riches mais jamais trop chargées malgré le casting pléthorique.

Un tigre qui n’est pas effrayant, c’est un gros chat. C’est un bien bel animal, mais qui n’a pas l’aura de son cousin sauvage. Moins impressionnant, moins exigeant aussi, ce Leaving Meaning mettait pourtant beaucoup de chances de son côté pour servir de porte d’entrée à la monumentale discographie de Michael Gira. N’allez pas en déduire que c’est pop et enjoué pour autant, il s’est entouré d’une belle équipe de spécialistes et d’habitués. Mais sachez aussi que le pouvoir de fascination est moins élevé, comme si la lourdeur un peu imposante était nécessaire pour que le style fonctionne.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)