Accueil > Musique > 2020 > We Are The City - RIP

We Are The City - RIP

lundi 27 janvier 2020, par Marc


On se souvient de l’adage ‘on dit que l’art est expérimental quand l’expérimentation a raté’. Et on peut dire qu’elle a plutôt réussi sur cet album des Canadiens de We Are The City puisque leur musique aventureuse mais compacte est arrivée à nous tenir en haleine au fil des écoutes. Sans doute grâce à ces morceaux à tiroirs, d’une espèce qu’on semblait révolue depuis les Menomena d’antan. C’est donc de l’art-rock comme on l’aime, anguleux, aventureux mais pas trop rèche. On pense aussi à White Wine dans la même démarche sans barrière et au résultat gratifiant.

Ce RIP se veut un ‘contrepoint prog-pop’ à At Night qui nous avait déjà plu et commence de bien belle façon par un Killer B-Side Music qui se fend en deux sur un son de guitare extrêmement distordu avant de reconstituer aussitôt. Avant d’enchaîner avec la solidité de Song In My Head au refrain qui adoucit le tout. Ils manient d’ailleurs bien le chaud et froid, comme si Xiu Xiu avait des envies funk ou de post-punk un peu débraillé , dérivant en une imprécation plutôt intense (You’re So Clean). Comme si Spoonavait défait sa chemise, laissant des moments en suspens qui créent de la tension (Obviously, Me + Me), avec des changements de braquets inévitables mais servis avec fluidité (Saint Peter).

Il y a même des presque instrumentaux (You Can’t Blame Me But You Can Blame Yourself) qui nous ramènent à des choses comme les groupes de Bradford Cox (Deerhunter, Atlas Sounds). La voix haut perchée est assez élastique pour ne jamais être en danger dans ces circonvolutions. Si la belle versatilité du premier volet se confirme, la tendance est ici clairement plus aventureuse et tortueuse, tout en restant remarquablement accessible. On adore de toute façon cette formation qui arrive à nous secouer tout en nous maintenant dans le sens du poil. Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)