Accueil > Musique > 2020 > We Are The City - RIP

We Are The City - RIP

lundi 27 janvier 2020, par Marc


On se souvient de l’adage ‘on dit que l’art est expérimental quand l’expérimentation a raté’. Et on peut dire qu’elle a plutôt réussi sur cet album des Canadiens de We Are The City puisque leur musique aventureuse mais compacte est arrivée à nous tenir en haleine au fil des écoutes. Sans doute grâce à ces morceaux à tiroirs, d’une espèce qu’on semblait révolue depuis les Menomena d’antan. C’est donc de l’art-rock comme on l’aime, anguleux, aventureux mais pas trop rèche. On pense aussi à White Wine dans la même démarche sans barrière et au résultat gratifiant.

Ce RIP se veut un ‘contrepoint prog-pop’ à At Night qui nous avait déjà plu et commence de bien belle façon par un Killer B-Side Music qui se fend en deux sur un son de guitare extrêmement distordu avant de reconstituer aussitôt. Avant d’enchaîner avec la solidité de Song In My Head au refrain qui adoucit le tout. Ils manient d’ailleurs bien le chaud et froid, comme si Xiu Xiu avait des envies funk ou de post-punk un peu débraillé , dérivant en une imprécation plutôt intense (You’re So Clean). Comme si Spoonavait défait sa chemise, laissant des moments en suspens qui créent de la tension (Obviously, Me + Me), avec des changements de braquets inévitables mais servis avec fluidité (Saint Peter).

Il y a même des presque instrumentaux (You Can’t Blame Me But You Can Blame Yourself) qui nous ramènent à des choses comme les groupes de Bradford Cox (Deerhunter, Atlas Sounds). La voix haut perchée est assez élastique pour ne jamais être en danger dans ces circonvolutions. Si la belle versatilité du premier volet se confirme, la tendance est ici clairement plus aventureuse et tortueuse, tout en restant remarquablement accessible. On adore de toute façon cette formation qui arrive à nous secouer tout en nous maintenant dans le sens du poil. Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)