Accueil > Musique > 2020 > Dan Deacon - Mystic Familiar

Dan Deacon - Mystic Familiar

vendredi 7 février 2020, par Marc


Depuis près de quinze ans, Dan Deacon nous procure autre chose, une certaine respiration qui ne ronronne pas. On ne peut pas toujours dire que c’est reposant (c’est même complètement le contraire) mais on a souvent vu son retour d’un bon oeil. Premier album depuis 5 ans, pendant lesquels il a fait des musiques de film et séries, ce Mystic Familiar traite de thèmes bucoliques, sachant le goût récent, affirmé et pas toujours facile à détecter du trublion de Baltimore pour la méditation.

Quand on connaît aussi bien un style, distinguer les albums est toujours subjectifs. Sachez seulement que cette livraison-ci a vraiment plu, qu’elle semble habitée d’une énergie communicative dont on a forcément besoin de temps à autres. Ne vous laissez pas tromper par le clavier qui vous cueille d’emblée, ce n’est pas un piano-voix qui est proposé, comme si Moonface avait abusé de colle mais par les narines. En bref, Become a Mountain est un beau morceau qui prend déjà de la hauteur dans son chorus.

Retour aux affaires habituelles (on n’a pas dit ‘normales’) avec Sat By a Tree et cette giclée d’euphorie pareille à celle de l’inhalation d’hélium. C’est une mise en jambes bien nécessaire avant le plat de résistance, une enfilade de quatre morceaux qui proposent une jolie progression. Mine de rien, Arp I : Wide Eyed dégage une fameuse consistance, sert de rampe de lancement. Le second volet s’emballe forcément et, presque malgré nous, la mâchoire inférieure reprend sa liberté vers le bas. Oui, les rythmes sont presque frénétiques, c’est un psychédélisme débridé, à une allure folle mais on se reprend forcément sur Arp III même si ça ne peut être que momentané. La remontée lente, sur un gros braquet est assez jubilatoire.

Puis il amorce une vraie descente, à coups de morceau pop plus apaisé pour Fell Into The Ocean ou My Friend On prend alors mieux la mesure de ces morceaux, où un songwriting assez classique se cache sous ces boites à rythmes et ces nappes de glaçage au redbull. Le dernier morceau pourra alors sembler comme une inutile montée final à la fin d’un trail exigeant mais il tient parfaitement la route.

C’est en tant que tout que ces morceaux (et cet album) fonctionnent. C’est à la fois leur force et une limitation. Une force parce qu’on a l’impression d’un ride bien balancé mais ce n’est pas de la musique pour tout le monde en toutes circonstances. L’énergie de l’Américain peut se révéler éreintante si votre état d’esprit ne convient pas. Mais si vous attendez une petite bouffée d’énergie euphorique et solide, on ne peut que recommander.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)