Accueil > Musique > 2020 > Camilla Sparksss - Brutal Remix

Camilla Sparksss - Brutal Remix

vendredi 21 février 2020, par Marc


Dans le merveilleux monde des émissions télévisées de concours culinaires, un poncif est de revisiter des recettes. Alors on déstructure de la salade niçoise, on réinterprète la choucroute, quitte à rester dans les clous ou au contraire proposer un plat qui n’a plus rien à voir avec son appellation. Le remix est identique dans la démarche et la versatilité des résultats.

La claque de l’album de Camilla Sparksss sorti l’an passé nous cuit encore. A un tel point qu’il nous semblait pertinent et souhaitable d’en reprendre une ration, même revisitée. Première constatation, les morceaux gardent leur pouvoir de fascination, et semblent en inspirer beaucoup. Evidemment, si c’est parfois vitaminé, on évite toute bourrinade EDM. On n’est pas à Tomorrowland quoi.

Les colorations sont forcément différentes, montrant la diversité des intervenants. Vadim Vernay rendant Psycho Lover plus claustrophobe que vraiment énervé et Sorry carrément pointilliste. Bit Tuner semble formater Messing With You pour le faire entrer dans un mix de Border Community alors qu’il devient carrément abstrait et instrumental sous les coups de Dälek. Si certains restent plus linéraires dans leurs versions (Womanized par Rebeka Warrior), gardant la structure et se concentrant sur les textures (Womanized par Sonoplasta), d’autres choisissent de pousser plus loin les gimmicks. C’est l’option choisie par Kevin Shea sur Walt Deathney. Les traitements peuvent rendre les morceaux carrément abstraits (Are You OK par Texture droite) ou grandiloquents (Forget par Monte Mai).

Il est aussi intéressant de noter que certains morceaux reçoivent plusieurs traitements comme So What qui se plie très bien à l’exercice. Xelius reste plus dans l’esprit initial du morceau, ajoutant un peu de rondeur tout en conservant l’aspect percussif et c’est réussi. Isolated lines ajoute quant à lui un gros beat entêtant et sudoripare alors que les breakbeats fournis par Toh Imago nous rappellent qu’on n’entend plus de drum‘n bass depuis des années. On est même dans l’electro vintage So What quand Bitter Moon s’y frotte, avec une belle petite montée psychédélique à la clé.

Si vous ne connaissez pas encore la matière brute de ces remixes, c’est la priorité absolue pour l’heure qui vient. Pour ceux qui ont déjà découvert et forcément apprécié, ceci est un petit supplément qui ne se refuse pas. Evidemment, avaler les seize titres le matin à jeun n’est pas la posologie idéale mais cette bien belle matière première semble en inspirer beaucoup.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Camilla Sparksss - Brutal Remix 22 février 2020 11:25, par Laurent

    Bravo Marc. Ton "ovule de gallinacé et sa valse de mouillettes au beurre salé" sublime l’œuf à la coque. C’est gourmand, c’est croquant, et on y ressent toute la palette de tes émotions. Comment ? L’album ? Ah oui, je vais écouter ça maintenant...

    repondre message

    • Camilla Sparksss - Brutal Remix 24 février 2020 13:32, par Marc

      Si je dois partir sur une critique, je veux que ce soit une critique faite avec tout mon coeur, où j’ai tout donné. J’espère que le jury appréciera. Sinon, je n’ai pas eu le temps de faire un cromesqui...

      repondre message

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)