Accueil > Critiques > 2020

Camilla Sparksss - Brutal Remix

vendredi 21 février 2020, par marc


Dans le merveilleux monde des émissions télévisées de concours culinaires, un poncif est de revisiter des recettes. Alors on déstructure de la salade niçoise, on réinterprète la choucroute, quitte à rester dans les clous ou au contraire proposer un plat qui n’a plus rien à voir avec son appellation. Le remix est identique dans la démarche et la versatilité des résultats.

La claque de l’album de Camilla Sparksss sorti l’an passé nous cuit encore. A un tel point qu’il nous semblait pertinent et souhaitable d’en reprendre une ration, même revisitée. Première constatation, les morceaux gardent leur pouvoir de fascination, et semblent en inspirer beaucoup. Evidemment, si c’est parfois vitaminé, on évite toute bourrinade EDM. On n’est pas à Tomorrowland quoi.

Les colorations sont forcément différentes, montrant la diversité des intervenants. Vadim Vernay rendant Psycho Lover plus claustrophobe que vraiment énervé et Sorry carrément pointilliste. Bit Tuner semble formater Messing With You pour le faire entrer dans un mix de Border Community alors qu’il devient carrément abstrait et instrumental sous les coups de Dälek. Si certains restent plus linéraires dans leurs versions (Womanized par Rebeka Warrior), gardant la structure et se concentrant sur les textures (Womanized par Sonoplasta), d’autres choisissent de pousser plus loin les gimmicks. C’est l’option choisie par Kevin Shea sur Walt Deathney. Les traitements peuvent rendre les morceaux carrément abstraits (Are You OK par Texture droite) ou grandiloquents (Forget par Monte Mai).

Il est aussi intéressant de noter que certains morceaux reçoivent plusieurs traitements comme So What qui se plie très bien à l’exercice. Xelius reste plus dans l’esprit initial du morceau, ajoutant un peu de rondeur tout en conservant l’aspect percussif et c’est réussi. Isolated lines ajoute quant à lui un gros beat entêtant et sudoripare alors que les breakbeats fournis par Toh Imago nous rappellent qu’on n’entend plus de drum‘n bass depuis des années. On est même dans l’electro vintage So What quand Bitter Moon s’y frotte, avec une belle petite montée psychédélique à la clé.

Si vous ne connaissez pas encore la matière brute de ces remixes, c’est la priorité absolue pour l’heure qui vient. Pour ceux qui ont déjà découvert et forcément apprécié, ceci est un petit supplément qui ne se refuse pas. Evidemment, avaler les seize titres le matin à jeun n’est pas la posologie idéale mais cette bien belle matière première semble en inspirer beaucoup.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Camilla Sparksss - Brutal Remix 22 février 2020 11:25, par Laurent

    Bravo Marc. Ton "ovule de gallinacé et sa valse de mouillettes au beurre salé" sublime l’œuf à la coque. C’est gourmand, c’est croquant, et on y ressent toute la palette de tes émotions. Comment ? L’album ? Ah oui, je vais écouter ça maintenant...

    repondre message

    • Camilla Sparksss - Brutal Remix 24 février 2020 13:32, par Marc

      Si je dois partir sur une critique, je veux que ce soit une critique faite avec tout mon coeur, où j’ai tout donné. J’espère que le jury appréciera. Sinon, je n’ai pas eu le temps de faire un cromesqui...

      repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)