Accueil > Musique > 2020 > O.R.A. - Of Paint and Gold

O.R.A. - Of Paint and Gold

mercredi 4 mars 2020, par Marc


On ne va pas se mentir, la première écoute de ce premier album du quintette bruxellois a plu tout de suite mais n’a pas encore impressionné. Et puis c’est venu, d’un coup d’un seul. Le bon moment, le bon état d’esprit ? Sans doute. Mais c’est surtout un album éminemment discret, aux textures travaillées. Ce n’est pas nonchalant pour autant, la densité est là dès Time.

La voix de tête masculine, très éthérée et présente d’emblée est une vraie force et sa façon louable de ne pas en faire des caisses vous laisse le temps d’aller vers elle. On n’est pas pris de court, c’est ce qu’on entendra sur cet album. C’est en pleine conscience qu’Infinity ne vire pas dans l’héroïsme. Il y a tout pour en faire un morceau épique pourtant mais il ne viendra pas vous chercher à force d’effets. On retiendra donc en priorité les pmages où ils semblent sortir de leur coquille comme Moments. Ils peuvent de toute façon profiter de fortes mélodies et de cordes (Heavenly Body) pour nous gratifier de magnifiques élégies (Fullness).

Évidemment, les références à Radioheadseront difficiles à éviter sur Extase (cette basse, cette syncope) mais au moins ne sont-elles pas trop littérales. Et puis c’est un des moments les plus clinquants, qui claquent le plus et on les retrouve avec plaisir ici. Il y a plus de densité que de bruit sur Sending Signals et ça fonctionne indéniablement.

Tout coule dans l’oreille sur ce premier album d’O.R.A. (pour Organic Random Atmosphere). Le parti-pris non spectaculaire rend leur foisonnement étonnamment fluide. Discret et subtil, il vous attend, là, vous tombera sur la tronche si vous êtes prêts. C’est tout le mal qu’on vous souhaite.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)