Accueil > Critiques > 2020

Glass Museum - Reykyavik

vendredi 24 avril 2020, par marc


Voilà un groupe qui ne nous avait pas laissé indifférents avec une formule qu’on avait déjà rencontré (chez Lymbic Systym par exemple) mais que le duo formé des Belges Antoine Flipo (clavier) et Martin Grégoire (batterie) avait poussé à son point d’incandescence. La musique instrumentale force le pouvoir d’évocation de toute façon. On a tout de suite succombé à leur façon d’être intense, leur pulsation combinée (le piano est un instrument percussif après tout) et ce n’est pas ce second album qui va nous faire changer d’avis.

On retrouve d’emblée cette combinaison fameuse de piano et de batterie et ça claque toujours. Mais ce n’est pas un procédé exclusif, d’autres pistes de synthé viennent rehausser le tout (Reykyavik). Il y a même des sons plus électroniques sur Nimbus II et ils ajoutent de la lourdeur. On n’est pas loin parfois des exercices récents de 65daysofStatic. Les synthés de Sirocco ajoutent une Une intensité folle l’air de ne pas y toucher. Le style reste mais une évolution est déjà sensible. Si le premier essai était marqué par une ascendance Jazz, celui-ci s’en affranchit un peu par ces touches synthétiques. C’est donc jazz dans son environnement et son élaboration, pas nécessairement dans l’efficacité du résultat. Ces racines exigent aussi l’excellence des instrumentistes et c’est le cas ici, sans démonstration aucune.

La fréquentation assidue de l’album permet de mémoriser facilement le tout, signe d’un sens mélodique indéniable et mis en avant. Chaque morceau a droit à sa petite poussée mais elle n’est fort heureusement jamais similaire. Clothing par exemple séduit par son intensité rentrée. Bref, cette musique instrumentale relevée, aérée et personnelle est la bande-son idéale de votre déconfinement.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)