Accueil > Musique > 2020 > Mauvais - Tout Va Bien

Mauvais - Tout Va Bien

vendredi 8 mai 2020, par Marc


Il y a plusieurs définitions de l’amitié mais on conviendra qu’on aime être proche des gens avec qui on peut rire mais aussi se confier. Sans aller jusqu’à dire que Mauvais est un ami, leur message doux et amer, amusant parfois et souvent moins remplit un album à plusieurs visages, avec un sourire de façade (et un nom) qui trahissent plus de pudeur que d’envie de gaudriole.

Un groupe belge qui s’appelle Mauvais qui sort un album intitulé Tout Va Bien le 1er avril en plein confinement généralisé, on peut dire qu’il maîtrise l’ironie et le second degré. On le savait depuis le formidablement nommé Pour Toi Je Peux Devenir Gérard Depardieu. D’ailleurs, le pendule entre le premier et le second est la ligne directrice de leur discographie et de cet album.

Le premier domine sans surprise, épicé d’un décalage (mot fourre-tout mais inévitable en l’espèce). On passe de l’un à l’autre avec fluidité, profitant au passage d’une belle versatilité. Un bel éclectisme que l’élasticité vocale ne permet pas toujours. On passe ainsi du naturalisme mâtiné de violon sur Constantin au soleil musical sur Pas Mauvais. Le liant est aussi apporté par une belle utilisation de l’énumération, de l’idée déclinée à l’envi (Compliqué). Le groove est de sortie sur Vieux Bandit et quand ils se lancent dans une chanson d’amour touchante, il y a des surgissements.

Mais son sourire sur les terrils de Charleroi (Tout Simenon)

Et puis l’album dévie, prend au passage une tenace mélancolie avec le presque crooner Dormir Ici. Mais le minimalisme de J’ai Trahi n’est que temporaire avant que le morceau ne reparte pour de bon. Ces climats sont aussi souvent bien captés. Dans un contexte pareil, difficile de trouver des ressemblances littérales, et c’est tant mieux. On pense parfois à Mickey 3D mais Rire et Chansons est plus proche du romantisme noir de Jacques Duvall. C’est vraiment pour l’anecdote qu’on pense à Zombie sur le final intense Fantôme.

Le fort à propos On a Connu Pire est sans doute avec le contexte de la sortie et son lancinant gimmick la pièce marquante de ce second album. C’est d’autant plus remarquable que ça n’a pas pu être prémédité. Ce groupe au nom impossible mais tenace vient donc confirmer l’attachement qu’on avait pour lui et montre qu’il est le seul à faire ce qu’il fait. Et à le faire très bien.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)