Accueil > Critiques > 2020

The Feather - Room

lundi 25 mai 2020, par Marc


Pillow, Pillow Pillow

Ces mots résonnent encore dix ans après leur découverte. La révélation de l’époque, c’est que le retour momentané du folk (le 78ème si mes comptes sont bons) pouvait aussi s’incarner en bord de Meuse. Depuis le fleuve a coulé, les albums de Dan San ont confirmé les espoirs et l’escapade de Thomas Médard et tant que The Feather réussissait l’exploit de garder l’intensité tout en étoffant le son.

Sept ans plus tard, le monde musical a changé, nous aussi, The Feather aussi. C’est ce qu’on sent d’emblée. Ce virage qui semble presque logique le voit se détourner quelque peu de ses origines folk. Un peu trop pour rester dans nos goûts on le verra.

Closer est à ce titre un morceau fort éthéré, déjà. On retrouve avec un plaisir non feint un peu de basse électronique sur Sister qui convoque aussi les synthés. Ce petit supplément de peps est appréciable parce qu’il se combine fort bien à l’ambiance tristoune. Pour rester dans les rapprochements en Cité Ardente, on pense à ce que faisait Piano Club avant d’embrasser ses envies groovy.

La voix est en tout cas très à sa place ici dans un contexte bien plus léger. Si c’est souvent lent et délicat (l’étrangement nommé Louder) il peut aussi proposer des changements de ton. Mais la tendance générale est à une légèreté extrême (Higher) au point d’être évanescent et de ne pas susciter l’émotion qui était chevillée aux exercices précédents. Que de chemin parcouru depuis les débuts de Dan San et même depuis l’album précédent. On ne va pas se cacher que si la subtilité éthérée est vraiment réussie, elle s’écarte de l’intensité irrésistible qu’on avait tant aimé.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)