Accueil > Musique > 2020 > Other Lives - For Their Love

Other Lives - For Their Love

mercredi 3 juin 2020, par Marc


Rater le coche, ne pas suivre le buzz peut avoir des effets bénéfiques étranges. Dès le premier album, Other Lives avaient été placés dans le sillage de formations comme Arcade Fire, The National ou Fleet Foxes, références un peu trop belles pour être vraies. Mais le pire c’est que Tamer Animals était digne de cette lignée, sans singer aucune des élogieuses références. On avait rattrapé ça sur le tard, apprécié après tout le monde avant de se sentir un peu seul quand plus personne ne les écoutait Peut-être parce qu’on avait loupé l’emballement initial ? Il semblait que l’air du temps n’était plus pour eux. Même Pitchforkne se penchait plus sur leur cas (et ne le fait toujours pas). Pourtant, même avec plusieurs années de recul, Rituals reste magnifique.

Le vide s’est fait autour du genre et ces références-là qu’on avait pris l’habitude de dégainer un article sur deux ne sont presque plus jamais de sortie. Donc nos oreilles sont totalement désaturées de ce genre de bel objet et c’est peut-être pour ça que l’écoute de For Their Love fait autant de bien. Il y a bien évidemment des orfèvres comme Efterklang qui viennent nous rappeler de temps à autres à quel point on aime tout ça.

Tout d’abord, on reste impressionnés par l’impression d’espace. Jesse Tabish avait quitté son Oklahoma natal pour Portland et il a de nouveau déménagé vers des cieux plus ruraux de l’Oregon. Donc la musique du trio multi-instrumentiste (Jonathon Mooney et Josh Onstott étant les deux autres) est toujours aussi peu urbaine mais ne ressemble toujours pas à des chants de feu de camp.

Parce qu’ils ont toujours leur magnifgique ampleur comme en témoigne ce Nites Out qui monte tout seul. Ils partagent avec Fleet Foxes leur amour du détournement de morceaux folk limpides comme We Wait pour en faire des pièces uniques, avec dans leur cas une magnifique utilisation de cuivres. Les cordes sont la non pour décorer mais pour envelopper les morceaux, ce qui est manifeste dès le premier morceau qui prend son temps. Et puis il y a des mélodies comme sur Dead Language.

Certes All Eyes / For Their Love laisse un peu retomber le soufflé. C’est impeccable comme le reste mais manque du petit supplément de hauteur. Il faut cet ingrédient secret appelé souffle qui fort heureusement habite la majorité de ce qu’on entend ici. Comme Grizzly Bear ou Fleet Foxes, on n’essaie pas de savoir comment c’est fait pour se concentrer sur l’effet que ça nous fait. Et c’est un effet boeuf. Lost Day par exemple est magnifique, suspendu et intense, prenant et léger. For Their Love ne se présente pas seulement comme une survivance mais une musique indispensable.

L’album est écoutable en intégralité sur Bandcamp https://otherlivesofficial.bandcamp.com/album/for-their-love

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)