Accueil > Critiques > 2020

Other Lives - For Their Love

mercredi 3 juin 2020, par Marc


Rater le coche, ne pas suivre le buzz peut avoir des effets bénéfiques étranges. Dès le premier album, Other Lives avaient été placés dans le sillage de formations comme Arcade Fire, The National ou Fleet Foxes, références un peu trop belles pour être vraies. Mais le pire c’est que Tamer Animals était digne de cette lignée, sans singer aucune des élogieuses références. On avait rattrapé ça sur le tard, apprécié après tout le monde avant de se sentir un peu seul quand plus personne ne les écoutait Peut-être parce qu’on avait loupé l’emballement initial ? Il semblait que l’air du temps n’était plus pour eux. Même Pitchforkne se penchait plus sur leur cas (et ne le fait toujours pas). Pourtant, même avec plusieurs années de recul, Rituals reste magnifique.

Le vide s’est fait autour du genre et ces références-là qu’on avait pris l’habitude de dégainer un article sur deux ne sont presque plus jamais de sortie. Donc nos oreilles sont totalement désaturées de ce genre de bel objet et c’est peut-être pour ça que l’écoute de For Their Love fait autant de bien. Il y a bien évidemment des orfèvres comme Efterklang qui viennent nous rappeler de temps à autres à quel point on aime tout ça.

Tout d’abord, on reste impressionnés par l’impression d’espace. Jesse Tabish avait quitté son Oklahoma natal pour Portland et il a de nouveau déménagé vers des cieux plus ruraux de l’Oregon. Donc la musique du trio multi-instrumentiste (Jonathon Mooney et Josh Onstott étant les deux autres) est toujours aussi peu urbaine mais ne ressemble toujours pas à des chants de feu de camp.

Parce qu’ils ont toujours leur magnifgique ampleur comme en témoigne ce Nites Out qui monte tout seul. Ils partagent avec Fleet Foxes leur amour du détournement de morceaux folk limpides comme We Wait pour en faire des pièces uniques, avec dans leur cas une magnifique utilisation de cuivres. Les cordes sont la non pour décorer mais pour envelopper les morceaux, ce qui est manifeste dès le premier morceau qui prend son temps. Et puis il y a des mélodies comme sur Dead Language.

Certes All Eyes / For Their Love laisse un peu retomber le soufflé. C’est impeccable comme le reste mais manque du petit supplément de hauteur. Il faut cet ingrédient secret appelé souffle qui fort heureusement habite la majorité de ce qu’on entend ici. Comme Grizzly Bear ou Fleet Foxes, on n’essaie pas de savoir comment c’est fait pour se concentrer sur l’effet que ça nous fait. Et c’est un effet boeuf. Lost Day par exemple est magnifique, suspendu et intense, prenant et léger. For Their Love ne se présente pas seulement comme une survivance mais une musique indispensable.

L’album est écoutable en intégralité sur Bandcamp https://otherlivesofficial.bandcamp.com/album/for-their-love

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands (...)