Accueil > Critiques > 2020

This Will Destroy You - Vespertine

vendredi 12 juin 2020, par marc


Les musiques de film, on connait bien. On a connu aussi des musiques pour installations artistiques. Mais les musiques pour restaurant, c’est sans doute une nouveauté. Certes, il y a de nombreux exemples de design sonore dont certains sont célèbres comme le Music For Airports de Brian Eno mais c’était plus une déclaration d’intention (et un des actes de naissance de l’ambient) qu’une véritable utilisation.

Les Texans de This Will Destroy You (maintenant un duo composé de Jeremy Adam Galindo and Christopher Royal King) ont donc composé sept morceau pour l’établissement Vespertine tenu par le chef étoilé Jordan Kahn. Chaque morceau est destiné à une pièce particulière du bâtiment et le séquencement suit la progression du client dans son expérience culinaire mais pas que. De plus, comme chaque musique est jouée dans un espace différent, il a fallu s’assurer qu’elles se mariaient quand on en entend plus d’une. Non, je n’ai pas tenté l’expérience avec plusieurs diffuseurs...

On connaissait le talent du groupe à façonner des structures sonores qui étaient leur spécificité dans un monde post-rock plus classique. Comme il y a des chances qu’on ne se rende jamais à Culver City, Californie, on va se contenter des évocations qu’un album aussi apaisé suscite. Luxe, calme et volupté donc. Il parait que le bâtiment génère son propre son, un bourdonnement caractéristique qui frappe le visiteur. La lente respiration de ceci devrait lui répondre en tous cas.

Il y a de discrets arpèges de guitare (Kitchen) mais évidemment pas l’impressionnant magma sonore dont ils ont pu faire montre par le passémais qui rehaussent des nappes de clavier. Cet emploi de guitares les distingue de la musique de relaxation pure et évoque des choses qu’on pu faire Eluvium.

Non, ça ne donne pas spécialement faim. Non, il est impossible de découvrir la destination de ces morceaux quand on l’ignore mais oui, les Texans maîtrisent l’exercice, à n’en pas douter et le résultat est un album d’ambient avec des touches de post-rock qui pourra définitivement habiller vos prochains repas quand il sera redevenu de l’ordre des choses d’inviter des gens à dîner.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)