Accueil > Critiques > 2020

Sages comme Des Sauvages - Luxe Misère

mardi 16 juin 2020, par Marc


Avouons-le, ce genre de musique n’a pas souvent droit de cité ici. Quand on nous propose, on écoute, par politesse et curiosité. Et après avoir refermé l’album, la seule question est de savoir si on y reviendra. Et on y est revenus. Et on a aimé ça. Donc on fait passer.

Le duo Sages comme Des Sauvages c’est Ava Carrère et Ismaël Colombani qui pour l’occasion ont reçu le renfort d’Emilie Alenda et Osvaldo Hernandez. Ca nous plait parce que c’est simple, que c’est direct et subtil à la fois (Garçon) ou tout simplement beau (De l’Eau). C’est cette simplicité qui plait, le ton mélancolique relevé de choeurs de Quasiment Parfait.

Les harmonies vocales, les mélopées sont au coeur des morceaux. Et comme elles s’accordent spécialement bien, on est revenus. Souvent. Et certains morceaux sont marquants comme Pas Les Tiroirs qui touchent à une exubérance maîtrisée à la Camille.

Il faudra un jour que je m’interroge pour savoir d’où me vient cette aversion totale pour le créole. Pas plus que chez Daniel Lanois ou Moriartyje ne supporte ça chez eux.

Bref, s’aventurer hors de ses plates bandes est un plaisir qu’on devrait tenter plus souvent. Plus ludique et ensoleillé que, disons, un Fleet Foxes, le duo a le talent qu’il faut pour être beau tout en restant simple, pour réussir des harmonies qui semblent frappées d’évidence. Bref, laissez-vous tenter aussi, la déception n’est pas envisageable.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)