Accueil > Critiques > 2020

Sébastien Brun - Ar Ker

mercredi 24 juin 2020, par Marc


Les apparences sont parfois trompeuses. Les informations glanées ça et là semblaient faire de l’album de l’artiste français un objet expérimental, aride et sans doute un peu difficile. Peut-être à cause des références à la musique concrète, à la démarche qui mêle l’improvisation et un vrai goût de l’aspect mathématique de la musique tel que relaté dans cette intéressante interview. Allez savoir. Mais comme il y est dit, la musique est une vibration et elle s’adresse au corps. Message reçu à 100%.

Comme toujours, il est difficile de commenter du son mais la subtilité avec laquelle il lance progressivement Ker est remarquable. Tout s’enchaîne, tout se suit, tout progresse. D’ailleurs, cet album est aussi proposé d’une traite dans le lecteur Bandcamp et si tout le monde n’a pas 33 minutes pour se faire une idée, en isoler une partie ne donnerait qu’une image tronquée de l’ensemble. D’ailleurs, cet album est revendiqué comme étant enregistré en live sans overdubs, ce qui est parfaitement cohérent avec le résultat.

On entre donc progressivement, comme on prend sa place pour un live. Et c’est plutôt organique, avec du chant (en créole, mais on ne nique pas pour une fois), une utilisation de répétition, de mélopée pour constituer un mélange sans grumeaux, pour un résultat de transe légère.

La structure de cet album est assez proche de celle d’Owen Pallett dont on vous parlait récemment, avec des groupes de morceaux séparés par des intermèdes musicaux. Interlude I pousse le curseur vers des sons plus industriels, avec un rythme qui s’intensifie et sert de rampe de lancement à Koroll tout en marquant un point de basculement de l’album. Et c’est peu de dire que ça pousse. C’est dense, avec un sens de la répétition parfaitement balancé par des apports extérieurs, une distorsion judicieuse et un sentiment de puissance assez jouissif. Il faut remonter à Health pour des plaisirs similaires.

La pression doit forcément se relâcher. Mais pas pour longtemps, le faussement nommé Empty se gave d’intensité et de lourdeur pour que ça puisse se serrer de nouveau.

On ne l’a pas vu venir. Pas sur papier où on sentait un album plus cérébral. Ni avec un extrait qui montrait certes déjà que c’était puissant et organique mais ne présentait pas une image complète. Ni avec des premiers morceaux tout en progression. Plus qu’un album, c’est un set, voir un trip qui est proposé ici. Les live ne sont certes pas sur le point de reprendre, mais ceci devrait en constituer une matière de premier ordre. En tant qu’album, c’est une irrésistible fusée à étage qui vous propulsera sur orbite à chaque fois.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)