Accueil > Musique > 2020 > Bright Eyes - Down in the Weeds, Where the World Once Was

Bright Eyes - Down in the Weeds, Where the World Once Was

mardi 1er septembre 2020, par Marc


On ne va pas se mentir inutilement, si le dernier album de Bright Eyes remonte à plus de neuf ans, ce n’est pas exactement une attente fébrile qui nous tenait. Certes, People’s Key nous avait vus nous quitter en très bons termes mais ce qu’a fait Conor Oberst depuis a été au moins aussi bon et bien souvent supérieur, surtout si on pense au magnifique Ruminations ou au premier album de Better Oblivion Community Center avec la tellement précieuse Phoebe Bridgers.

Donc, ce dixième album tout de même s’annonce plus comme une surprise que comme un évènement. Pourtant, on le sait, dans le monde de Conor Oberst, Bright Eyes a sa propre spécificité, et on la retrouve d’emblée. C’est musicalement, avec l’apport de Mike Moggis, que tout prend son sens.

Dance and Sing est un beau retour en forme après l’inévitable (et souvent dispensable) morceau d’intro. Même les versions plus enrobées de Ruminations qu’on retrouve sur Salutations sont plus conformes aux poncifs americana. Il y a un souffle bien différent, la pulsation de Once In The World n’est sans doute pas pas au niveau d’originalité du fantastique Digital Ash For a Digital Urn mais s’en approche bien franchement, avec cette fin tout en cordes entrelacées, avec un chorus instrumental qui se déploie comme on étend ses ailes, le tout en gardant une durée tout-à-fait conforme aux standards pop.

Le résultat est plus accessible, moins rude que sur les albums solo de Conor Oberst qui sont sans doute réservé à des auditeurs déjà conquis à la cause folk et qu’un harmonica suffit à convaincre pourvu que l’écriture soit brillante (on se range là-dedans bien entendu). Comme toujours avec lui, le sens mélodique reste remarquable sur Stairwell Song qui avec son un refrain qui pousse se présente comme un des morceaux les plus percutants de cet album.

Il y a évidemment des cuivres et puis des cordes parce que c’est une musique riche. Même si la chanson fait clairement référence à la dépression, voire au suicide, la forme n’est jamais aussi extrême que ses sujets. Ce thème revient sur Hot Car In The Sun, morceau plus minimaliste selon les standards de la formation. Vous entendrez même de la cornemuse sur un Personna Non Grata qu’on connaît depuis quelques mois maintenant.

L’ampleur peut aussi un peu perdre l’auditeur, avec moultes incrustations sonores (Forced Convalescence) mais dans versant facile, Comet Song est une ballade poignante pour ceux qui aiment ça, avec tous les effets qu’on est en droit d’attendre de l’exercice. Et puis il y a ces gimmicks qui font mouche. La guitare de To Death’s Heart (In Three Parts) est à cet égard renversante. Oui, c’est pour ce genre de moment qu’on est venus, avec en prime des références au Wish You Were Here de Pink Floyd.

Si on n’avait pas attendu avec anxiété ce nouvel album, on n’en boude pas son plaisir pour autant. Avec le temps, on a non seulement appris à faire sans Bright Eyes mais à préférer les projets parallèles. Mais il faut se rendre à l’évidence, la mise en son et son ampleur, bien supérieure à ses équivalents justifie de reformer le désormais trio pour livrer un album qui n’a pas peur de ses effets et qui contient de vrais morceaux de bravoure.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)