Accueil > Critiques > 2020

Thomas Cousin - Debbie et Moi

mercredi 23 septembre 2020, par Marc


Se frotter à un nouvel artiste francophone n’est finalement pas si courant. Et à chaque fois, c’est le chant, son abattage qui vont définir si on a envie de faire un bout de chemin avec lui. On va tout de suite évacuer le sujet pour dire que ce qui semble le plus compliqué pour nous est la grande expressivité du chant chez ce guitariste dont c’est le premier album solo (et en tant que chanteur, aussi). Comme on conçoit l’énorme part de subjectivité de l’observation, on va un peu détailler si vous le voulez bien...

On nous avait vendu une ressemblance avec Gaëtan Roussel et on est en effet pas loin de Louise Attaque sur Parle-Moi De Nous. Mais cette surexpressivité semble moins appropriée quand le tempo ralentit sur Toi Tu Crois, donnant un air un peu daté. C’est d’autant plus dommage que la mélodie est belle dans ces moments-là, voire magnifique sur La Passerelle. Cette façon peut déforcer l’émotion du beau texte et de la mélodie encore une fois imparable de La Chaise Vide mais on se fait tout de même avoir, la larmichette vient, inexorablement. Et si La Plantade amène la blague facile, c’est l’émotion qui prend le dessus. On le voit, c’est un peu l’ascenseur émotionnel cet album.

Mais il y a aussi des morceaux qui emportent immédiatement l’adhésion et le la lâchent plus. De ce côté-là on commence fort bien les choses avec le long Si On Allait Voir La Mer, qui s’étend sans peine dans son crescendo. De même, quand après un des morceaux plus calmes déjà évoqués il prend le contrepied avec le beat de Pas Comme Tout Le Monde, il dégage un souffle vital vraiment séduisant. La voix est donc plus à sa place dans le rock breton de Dans Ma Tête ou dans les moments plus enlevés comme Parle-Moi de Nous ou A Perdre Le Sommeil. Entre les deux pôles évoqués, il flirte même avec un phrasé hip-hop sur J’crame Tout.

‘A vous de voir’ est souvent moins une invitation qu’une démission du critique pourtant dans les cas où la subjectivité est plus engagée, il faut faire part de ce qui pourrait moins plaire mais répandre la bonne parole parce que les qualités sont indéniables. On ne tombe pas sur une nouvelle voix française tous les quatre matins de toute façon et en toute camaraderie, je vous recommande d’essayer Thomas Cousin, vous avez sans doute un ami à gagner.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. (...)