Accueil > Musique > 2020 > Thomas Cousin - Debbie et Moi

Thomas Cousin - Debbie et Moi

mercredi 23 septembre 2020, par Marc


Se frotter à un nouvel artiste francophone n’est finalement pas si courant. Et à chaque fois, c’est le chant, son abattage qui vont définir si on a envie de faire un bout de chemin avec lui. On va tout de suite évacuer le sujet pour dire que ce qui semble le plus compliqué pour nous est la grande expressivité du chant chez ce guitariste dont c’est le premier album solo (et en tant que chanteur, aussi). Comme on conçoit l’énorme part de subjectivité de l’observation, on va un peu détailler si vous le voulez bien...

On nous avait vendu une ressemblance avec Gaëtan Roussel et on est en effet pas loin de Louise Attaque sur Parle-Moi De Nous. Mais cette surexpressivité semble moins appropriée quand le tempo ralentit sur Toi Tu Crois, donnant un air un peu daté. C’est d’autant plus dommage que la mélodie est belle dans ces moments-là, voire magnifique sur La Passerelle. Cette façon peut déforcer l’émotion du beau texte et de la mélodie encore une fois imparable de La Chaise Vide mais on se fait tout de même avoir, la larmichette vient, inexorablement. Et si La Plantade amène la blague facile, c’est l’émotion qui prend le dessus. On le voit, c’est un peu l’ascenseur émotionnel cet album.

Mais il y a aussi des morceaux qui emportent immédiatement l’adhésion et le la lâchent plus. De ce côté-là on commence fort bien les choses avec le long Si On Allait Voir La Mer, qui s’étend sans peine dans son crescendo. De même, quand après un des morceaux plus calmes déjà évoqués il prend le contrepied avec le beat de Pas Comme Tout Le Monde, il dégage un souffle vital vraiment séduisant. La voix est donc plus à sa place dans le rock breton de Dans Ma Tête ou dans les moments plus enlevés comme Parle-Moi de Nous ou A Perdre Le Sommeil. Entre les deux pôles évoqués, il flirte même avec un phrasé hip-hop sur J’crame Tout.

‘A vous de voir’ est souvent moins une invitation qu’une démission du critique pourtant dans les cas où la subjectivité est plus engagée, il faut faire part de ce qui pourrait moins plaire mais répandre la bonne parole parce que les qualités sont indéniables. On ne tombe pas sur une nouvelle voix française tous les quatre matins de toute façon et en toute camaraderie, je vous recommande d’essayer Thomas Cousin, vous avez sans doute un ami à gagner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)