Accueil > Musique > 2020 > Marie Davidson et l’Œil Nu - Renegade Breakdown

Marie Davidson et l’Œil Nu - Renegade Breakdown

lundi 28 septembre 2020, par Marc


On n’est sans doute qu’au début de la vague des albums sortis pendant le confinement ou inspirés par lui. A son corps défendant, la Montréalaise Marie Davidson a presque anticipé la tendance en voulant il y a un peu moins d’un an prendre un peu de recul vis-à-vis de son rythme de vie effréné de dj de stature internationale. Et cette envie prend une forme plutôt éloignée de ce qu’on attendait d’elle. Ce qu’on connaissait c’était deux albums dark, teintés d’Italo Disco et d’EBM avec Essaie Pas et un remarqué et percutant album solo.

Si ses collaborateurs sont les mêmes, à savoir son mari Pierre Guerineau et Asaël R. Robitaille qui avait taillé le son de New Path, les directions sont assez différentes. On ne le remarque pas tout de suite puisqu’on reprend contact via le percutant Renegade Breakdown qui semble dans la lignée de Working Class Woman et de sa si marquante locomotive. En 17 ans et près de 2000 articles, je n’avais pas eu l’occasion de citer Mylène Farmer. Ils y font allusion et ça colle en effet sur une partie en français de ce premier mais c’est d’une puissance de feu inaccessible à celle qui est devenue une caricature (c’est le stade après ‘icône’). Elle arrive à en tirer le meilleur (le sens mélodique indéniable, l’ancrage années ‘80) sans céder au reste.

Le second morceau est une ballade rock. Ca semble un peu moins percutant parce que le chant apporte un peu trop de décalage. Mais avec un peu de recul, le justement nommé Back To Rock se place dans une longue lignée d’artistes de la scène électronique qui se sentent irrésistiblement attirés par le rock et ses attitudes. Entre les robes lamées de Miss Kittin et les tentatives d’être un ‘vrai’ chanteur de James Murphy, on a déjà vécu ça souvent, avec toujours un peu de perplexité. On ne tourne vraisemblablement pas facilement le dos à 70 ans de références populaires.

Mais ce n’est pas un petit caprice passager, c’est carrément la ligne directrice de l’album qui s’infléchit sensiblement. Le temps de réflexion qu’elle s’est imposé lui a donné des envies bien différentes. Elle tente même la balade dénudée, comme on a pu l’entendre il n’y a pas si longtemps chez Brisa Roché, quitte même à la faire en français, ce qui la nimbe d’une étrange lumière. Elle tente aussi le jazz hors d’âge (Just In My Head), comme issu d’une BO d’Angelo Badalamenti. Ce sont les thèmes de l’aliénation volontaire ou pas, ce sentiment de vide qui constituent le liant entre les morceaux.

Si son élasticité vocale ne lui permet pas d’assumer tous ces délires, c’est toujours impeccablement composé et exécuté. Même quand ils se lancent dans des déviations gothiques (relecture MIDI de composition baroques) sur Lead Sister qui parle du drame de la vie de Karen Carpenter. Et quand ils relancent le beat, c’est pour la relecture disco de Worst Comes to Worst, ce qui leur va forcément bien. Mais Renegade Breakdown n’est pas l’équivalent pour certains artistes de ce double ou triple album éclectique. Ce n’est pas un gros fourre-tout occasionnellement génial comme Sandinista ! ou Reflektor mais une suite d’expérimentations qui n’augurent sans doute rien de la suite. La surprise fait partie du plaisir.

Parce que Marie Davidson est une artiste importante de notre époque, avec un vrai point de vue, acéré et féministe. Le fond reste cohérent sous le nouvel (et sans doute temporaire) éclectisme de la forme. Si les capacités de chanteuses ne sont pas toutes réunies pour l’ampleur balayée, cet album surprenant est une intéressante collection.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)